•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cours en présentiel seront privilégiés en hiver à l’UdeS

Logo sur le campus de l'Université de Sherbrooke.

L’Université de Sherbrooke va privilégier les cours en présentiel à la session d’hiver 2021 (archives).

Photo : Radio-Canada / Marion Bérubé

Radio-Canada

L’Université de Sherbrooke (UdeS) va privilégier les cours en présentiel à la session d’hiver 2021, fait savoir le recteur Pierre Cossette.

On ne peut pas retourner en présentiel à 100%, mais on choisit de faire le maximum pour nos étudiants, explique-t-il au micro de l’émission Par ici l’info.

Le plan de l’UdeS pour la prochaine session ressemblera donc à ce qui avait été fait cet automne en combinant des séances en présence et des séances à distance. Selon Pierre Cossette, l’établissement vise un pourcentage de 60% de cours en présentiel.

L’une des différences notables sera l'absence des chapiteaux extérieurs à la session d’hiver.

Par ailleurs, l’établissement compte bien continuer à se servir des salles hors du campus dans lesquelles des cours étaient dispensés, notamment dans l’ancien couvent des Petites Sœurs de la Sainte-Famille.

Des cours continueront également à se donner dans la salle Maurice-O'Bready, les foyers du Centre culturel ainsi que la Petite Salle, sur le campus principal, indique Pierre Cossette. On doit étaler nos classes et nos enseignements, ajoute-t-il.

L'ensemble de la pédagogie revue

Au-delà des lieux physiques, c’est la pédagogie dans son ensemble qui a été revue à l’Université de Sherbrooke, selon lui. Les cours de trois heures durent maintenant 1h50 avec des capsules d’auto apprentissage. Ce sont des modalités plus diverses, indique le recteur de l’UdeS.

On veut avoir une approche la plus équilibrée possible et faire le plus possible pour nos étudiants en contexte de crise sociosanitaire.

Pierre Cossette, recteur de l'Université de Sherbrooke

Questionné sur les revendications de certains étudiants qui souhaitent une baisse des frais de scolarité en raison de tous ces ajustements, le recteur de l’UdeS répond qu’en cette période de pandémie, l’Université doit redoubler d’efforts pour proposer des cours.

Pour nous, c’est beaucoup plus de travail. [...] Tous les services sont offerts. On ne va pas amender les frais de scolarité qui sont réglementés par le gouvernement, fait-il savoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !