•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Itinérance à Gatineau : des modulaires pourraient être une solution d'hébergement

Un homme regarde des policiers démanteler un campement improvisé à l'extérieur.

Des agents du Service de police de la Ville de Gatineau ont démantelé en mai dernier un campement non loin du Gîte Ami, un refuge pour sans-abri dans le secteur de Hull (archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

L’idée de reloger les sans-abri dans des unités de logement modulaires fait son chemin à Gatineau. Pour le Collectif régional de lutte à l’itinérance en Outaouais (CRIO), il s’agirait « d’un pas dans la bonne direction ».

Selon le CRIO, déménager les sans-abri – qui logent en raison de la pandémie au Centre Robert-Guertin – dans des modulaires dans le stationnement de l'aréna du secteur de Hull est une solution intéressante à court et à moyen terme.

C’est juste à côté. Donc, déjà le choc d’un énième déménagement va moins se faire sentir. On évite même le phénomène du "pas dans ma cour", ce qui est une bonne chose. On les garde près des services, près de leur milieu de vie, a indiqué Alexandre Deschênes, organisateur communautaire du CRIO, en entrevue à l'émission Les matins d'ici.

Une maison modulaire en construction.

Des unités de logement modulaires pourraient être une solution intéressante pour l'itinérance à Gatineau.

Photo : Première Nation Yale

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais a confirmé jeudi que l’aménagement d’unités d'habitation modulaires était l’une des options sérieusement envisagées pour reloger les personnes sans abri présentement hébergées au Centre Robert-Guertin. 

Alain Godmaire accorde une entrevue en vidéoconférence.

Alain Godmaire, le directeur des programmes en santé mentale et dépendances du CISSS de l’Outaouais

Photo : Radio-Canada

Si c’est plus rapide à mettre en place et moins coûteux et qu’on peut mettre en place des aménagements d’intervention pour nous permettre de faire un travail sécuritaire et de qualité, c’est sûr qu’il y a de bonnes chances qu’on opte pour ce scénario-là, a déclaré Alain Godmaire, le directeur des programmes en santé mentale et dépendances du CISSS de l’Outaouais.

Tout en mentionnant que d’autres plans sont sur la table, M. Godmaire a indiqué qu’une firme a été mandatée pour fournir une estimation des coûts et un échéancier pour l’aménagement d’unités modulaires. Le CISSS de l’Outaouais devrait recevoir ces informations d’ici vendredi. 

Ça nous permettra à ce moment-là d’avoir l’ensemble de la situation pour prendre la meilleure décision et être capables de loger les personnes en situation d’itinérance dans le meilleur des scénarios, note Alain Godmaire. 

La population itinérante de Gatineau vit dans ses valises depuis plusieurs mois, alors qu’aucun plan concret n’est encore adopté pour un centre d’hébergement permanent.

L’incendie au Gîte Ami la nuit du 31 décembre 2019 avait déjà forcé le déplacement de plusieurs dizaines de sans-abri. Le Centre Robert-Guertin était une solution temporaire et le demeure à ce jour.

Plusieurs propositions ont été étudiées, notamment l’édifice situé au 55, rue Marengère, dans Pointe-Gatineau. L'idée avait créé un mouvement de protestation de la part de résidents du voisinage.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais étudie également la proposition de l’homme d’affaires Gilles Desjardins qui suggère l’aménagement du 217, rue Montcalm.

Mais à plus court terme, des unités modulaires pourraient garantir une certaine stabilité aux sans-abri, croit Alexandre Deschênes du CRIO.

Forcément [des modulaires offriraient] plus de lieux privés et semi-privés, ce qui assure d’avoir une certaine stabilité dans les mois à venir. Et les gens qui sont hébergés en ont besoin de cette stabilité, soutient-il.

Une stabilité et aussi une certaine quiétude, compte tenu de la pandémie de COVID-19. 

Avec toute la question de la COVID-19, ce sera plus facile à gérer cette question de risque de propagation, dit l'organisateur communautaire du CRIO.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !