•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je suis quelqu’un de passionné et d'intense », se défend Marc Asselin

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Marc Asselin parle devant les micros des médias.

Le maire d'Alma, Marc Asselin, a tenu une brève conférence de presse dans la salle du conseil jeudi.

Photo : Radio-Canada

Le maire d’Alma affirme qu’il n’a jamais été colérique ou irrespectueux envers les conseillers municipaux. Il attribue plutôt ses propos parfois houleux à sa passion et à son intensité.

Marc Asselin s’est expliqué en conférence de presse jeudi matin à l’hôtel de ville après que des reproches eurent été formulés à propos de son attitude. Le conseiller Olivier Larouche, notamment, a dénoncé cette semaine le ton directif, moralisateur, voire agressif du premier magistrat. Il affirme que l’attitude du maire l’amène même à remettre en question son engagement en politique.

Le siège de Marc Asselin au centre de la table du conseil.

Le siège du maire Marc Asselin au conseil municipal d'Alma

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Les élus d’Alma se sont réunis en comité plénier mercredi pour discuter de la situation. L’exercice était chapeauté par le directeur général de la Ville. Selon le maire, l’expérience a été profitable.

La semaine prochaine, chacun des élus devra remettre un compte rendu de cette rencontre et soumettre des recommandations pour changer la situation.

Le maire s’est montré désolé devant la tournure des événements et reconnaît qu’il y a toujours place à l’amélioration. Il convient qu’un tel exercice d’échanges aurait dû avoir lieu avant. Il a l’intention de laisser plus de place à ses collègues au cours des discussions.

Ma conclusion à moi, personnelle, ce que je devrai faire à l'avenir, c’est laisser un peu plus la chance aux autres de s’exprimer, être moins volubile.

Marc Asselin, maire d'Alma

Le maire a refusé de répondre aux questions des journalistes sur place.

Il n’a pas non plus indiqué s’il briguerait encore la mairie aux prochaines élections municipales, même si sa passion pour la politique est toujours bien présente. D’ailleurs, il a commencé sa conférence de presse en brossant un portrait reluisant de ses dernières années à la mairie.

Présentement, deux candidats sont en lice pour la mairie d’Alma : la conseillère municipale Sylvie Beaumont et l’actuel maire de Desbiens, Nicolas Martel.

Sylvie Beaumont dans une rue du centre-ville d'Alma.

La conseillère municipale Sylvie Beaumont est candidate à la mairie d'Alma pour les prochaines élections.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Sans méchanceté

La conseillère Beaumont, qui siège à la table du conseil aux côtés de Marc Asselin depuis de nombreuses années, a d'ailleurs pris la défense du premier magistrat.

Il s’exprime peut-être parfois maladroitement, mais c’est sans méchanceté et ça, je peux vous le dire parce que ça fait 17 ans que je siège avec M. Asselin.

Sylvie Beaumont, conseillère municipale
Frédéric Tremblay en entrevue.

Frédéric Tremblay siège au conseil municipal d'Alma.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

L'échevin Frédéric Tremblay convient lui aussi que Marc Asselin a un tempérament fougueux.

Monsieur le maire l’a mentionné en conférence de presse. Il est quand même assez passionné et quand il a un point de vue, peut-être qu’il le pousse plus fort et qu’il a moins de réceptivité. On a tous eu des débats houleux autour de la table, certains plus que d’autres, et on a tous notre façon d’y réagir et de percevoir les échanges, a-t-il déclaré.

Avec Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !