•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : oui à une Halloween en famille, mais non aux gros partys de Noël

François Legault en conférence de presse.

Le premier ministre du Québec, François Legault

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le premier ministre du Québec, François Legault, annonce qu’il sera possible pour les enfants de faire la traditionnelle tournée des bonbons cette année, à condition de rester en famille et de respecter les deux mètres de distance. En revanche, il faut oublier les grandes fêtes de fin d’année.

M. Legault a également prévenu les Québécois que les restrictions récemment annoncées dans les zones rouges pour une durée initiale de 28 jours risquent d’être prolongées.

On va pouvoir permettre à nos enfants de passer l'Halloween, a quand même annoncé le premier ministre.

Cependant, les festivités ne se dérouleront pas tout à fait comme avant :

  • On ne pourra pas passer l'Halloween avec des amis. Seuls les gens habitant une même résidence pourront le faire ensemble.
  • Les bonbons devront être remis en respectant une distanciation de deux mètres.
  • Pas question d'organiser des fêtes d'Halloween entre adultes.

Fêter Noël en petits groupes

Pour diminuer le nombre de contaminations au coronavirus, le premier ministre a rappelé l'importance pour la population de respecter les consignes. Les règles visent à sauver des vies, à préserver le système de santé et à permettre aux jeunes d'aller à l'école, a-t-il affirmé.

Il faut mettre les chances de notre côté pour pouvoir fêter Noël avec la famille et les amis, a déclaré le premier ministre.

Bien qu'il soit trop tôt pour déterminer quelles formes prendront les célébrations durant les Fêtes, il faudra oublier les gros partys de 100 et 200 personnes, a prévenu François Legault.

Bingo et karaoké, même interdiction...

Au lendemain de la fermeture d'un bingo qui a rassemblé 250 personnes à Saint-Jean-sur-Richelieu, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, s'est par ailleurs montré assez catégorique : Je ne voudrais pas que les bingos deviennent le karaoké d'il y a quelques semaines. Le ministre Dubé faisait ainsi référence à la soirée de karaoké tenue au bar Kirouac, à Québec, en août dernier, et qui a entraîné au moins un décès et plus de 80 cas de COVID-19. Un cas de coronavirus a été confirmé à ce jour en lien avec le bingo en Montérégie.

Les couvre-feux ne sont pas envisagés

Pour déterminer la suite des choses, le gouvernement du Québec observe notamment l'évolution de la situation en Europe.

Il n'est pas envisagé au Québec d'imposer un couvre-feu comme l'a fait le gouvernement français pour plusieurs grandes villes. On n'en est pas là et on n'a pas l'intention de le faire, a déclaré le premier ministre Legault.

Au Québec, en date de mercredi, on enregistrait 114 nouveaux cas par million d'habitants, selon M. Legault. En comparaison, il y a eu :

  • 177 cas par million d'habitants aux États-Unis;
  • 290 cas par million d'habitants au Royaume-Uni;
  • 347 cas par million d'habitants en France.

Québec a recensé jeudi 969 nouveaux cas de COVID-19, tandis que le bilan s'est alourdi de 29 décès par rapport aux données annoncées mercredi. Au total, 89 963 personnes ont été infectées dans la province depuis le début de la pandémie.

Huit décès sont survenus dans les 24 dernières heures, auxquels s’ajoutent 20 décès survenus entre le 8 et le 13 octobre et 2 décès survenus avant le 8 octobre, écrit le ministère de la Santé dans un communiqué. Toutefois, le total s'élève à 6005 décès en raison du retrait de 2 décès pour lesquels l'enquête a montré qu'ils n'étaient pas attribuables à la COVID-19.

Cela donne donc un total de 28 morts annoncés aujourd'hui. Toutefois, Québec avait aussi ajouté à son bilan de mardi soir un décès qui n'avait pas été annoncé.

Par rapport à mercredi, il y a eu 5 nouvelles hospitalisations, pour un total de 493. Parmi celles-ci, le nombre de personnes se trouvant aux soins intensifs a augmenté de 3 et s’élève maintenant à 83.

Mardi, 24 612 tests de dépistage ont été réalisés, ce qui porte à 2 723 045 le nombre total de prélèvements analysés depuis le début de la pandémie.

Depuis mardi, une douzaine de régions sont classées « zones rouges » au Québec par la santé publique.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !