•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Application Alerte COVID : entre l’arbre et l’écorce du système canadien

Un message indiquant « Pas encore de signalement dans votre région » apparaît sur un téléphone cellulaire.

L'application mise à la disposition des provinces par le gouvernement fédéral n'est pas encore fonctionnelle en Alberta.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Il y a quelques jours, j’ai installé sur mon cellulaire l’application Alerte COVID qu’Ottawa a conçue pour signaler qu’on a été exposé au nouveau coronavirus. C’était après une longue hésitation.

Il me semble que les réticences de certaines de nos provinces y sont pour quelque chose dans cette hésitation. 

L’Alberta et la Colombie-Britannique n’ont pas encore accepté l’utilisation d’Alerte COVID sur leur territoire. Quant au Québec, elle a fini par donner son feu vert, le 5 octobre, après plusieurs semaines de tergiversation.

Ainsi, même si l’application est sur mon téléphone, je ne peux pas en profiter tant que le gouvernement de l’Alberta ne lui aura pas encore ouvert la porte. 

Je brûle pourtant d’impatience de l’essayer, vu l'engouement qu’elle suscite déjà.

L’urgence est réelle alors que la COVID-19 prend de l’ampleur dans ma ville.

Edmonton a fait bonne figure pendant la première vague.

Pendant des mois, nous avions le sentiment d’être davantage épargnés par le nouveau coronavirus que nos amis de Calgary.

Maintenant, c’est ma ville qui doit composer avec le nombre de cas actifs le plus élevé dans la province. Plus de 1400 cas aux dernières nouvelles.

La crainte d’être exposé se fait de plus en plus forte et omniprésente. Ai-je côtoyé un cas aujourd’hui? Je sens donc le besoin d’utiliser Alerte COVID.

Avec ce besoin, je reste en attendant, pris entre l’arbre et l’écorce d’incessantes batailles de compétences que se livrent le fédéral et les provinces. L’un dit oui, l’autre dit non ou pas encore.

Ces tiraillements inhérents au système canadien sont une dichotomie inconfortable.

J’accepte néanmoins de l’endurer, car, malgré tout, elle renforce mon impatience à vouloir sortir de l'indifférence et ma responsabilité citoyenne de réclamer une réponse rapide des décideurs.

Cette fois, c’est vers le gouvernement albertain que je tourne cette impatience et cette responsabilité : donnez-nous aussi, le plus rapidement un accès à l’application Alerte COVID!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !