•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chambre partagée en cause dans l'éclosion de COVID-19 à l'unité de neurologie du CHAUR ?

Vue de la phase 2 du CHAUR de Trois-Rivières.

Le CHAUR de Trois-Rivières se trouve sous haute surveillance en raison de l'éclosion de COVID-19 à l'unité de neurologie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’éclosion de COVID-19 à l’unité de neurologie du CHAUR de Trois-Rivières commencerait à ralentir. À ce jour, 46 cas de COVID-19 y ont été recensés, dont 27 parmi les membres du personnel.

La Dre Lise-Andrée Galarneau, microbiologiste-infectiologue et officier de la prévention et contrôle des infections pour le CIUSSS MCQ, a indiqué au micro de Toujours le matin que bien que quelques nouveaux cas par jour sont encore recensés, la tendance est nettement à la baisse depuis le week-end dernier.

Dre Galarneau pense que l’éclosion à l’unité de neurologie du CHAUR pourrait s’expliquer par la présence de deux usagers davantage à risque d’être contagieux en raison de leur état de santé.

L'un d'eux se trouvait dans une chambre partagée de quatre lits en soins intermédiaires. Plusieurs autres usagers de l’unité auraient séjourné dans cette chambre, où les séjours durent en moyenne entre deux et trois jours.

Si elle convient que les chambres partagées ne sont pas idéales dans le contexte actuel, Dre Lise-Andrée Galarneau rappelle qu’il y en a près de 250 dans les établissements de santé de la région.

Les unités aménagées plus récemment, elles, ne comprennent que des chambres individuelles. Ce serait l’idéal d’avoir ça partout, mais malheureusement, avec les configurations actuelles, on ne peut pas l’offrir partout.

La situation au CHAUR de Trois-Rivières est sous haute surveillance, mais Dre Galarneau dit qu’il n’y a pas d’inquiétudes pour l’instant pour les autres unités de l’établissement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !