•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'horaire des traversées vers les Îles modifié pour faciliter le passage par la bulle atlantique

2c965f9b83ac4882bacb44863d7b4d91

L'horaire des traversées du CTMA a été modifié (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

La Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) modifiera ses horaires de traversées vers les îles de la Madeleine afin de permettre aux voyageurs de faire la route de jour entre le Québec et le port de Souris, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Dès samedi, le départ de Souris vers les îles de la Madeleine sera donc retardé à 17 h, et ce, pour les trois traversées hebdomadaires.

La CTMA souhaite ainsi permettre aux voyageurs de faire la route de jour, à la clarté, dans le but de diminuer les risques d’accident. Actuellement, les Québécois ne sont pas autorisés à s'arrêter au Nouveau-Brunswick ou à l'Île-du-Prince-Édouard pour dormir une nuit lors d'un transit entre l'archipel madelinot et le Québec continental.

On veut améliorer les conditions routières des voyageurs, affirme la responsable des communications et du marketing à la CTMA, Vanessa Loignon. On constate qu’il y a des accidents qui se produisent. En analysant notre horaire, étant donné qu’on a seulement trois traversées par semaine en raison de la baisse de réservations, ça nous permet de retarder le départ de Souris.

Un orignal sur le bord de la route 11 au Nouveau-Brunswick.

Actuellement, les Québécois ne sont pas autorisés à s'arrêter au Nouveau-Brunswick ou à l'Île-du-Prince-Édouard pour dormir une nuit lors d'un transit entre l'archipel madelinot et le Québec (archives).

Photo : Radio-Canada

Cette solution temporaire est prévue jusqu’au 1er février 2021, ou jusqu'à ce qu'il y ait des changements aux mesures de la bulle atlantique. Après cette date, les conditions de glace pourraient rendre périlleuses les traversées de soirée, selon la CTMA. On espère vraiment que d'ici là, tout rendre dans l'ordre, indique Vanessa Loignon.

Le départ de Cap-aux-Meules demeurera à 7 h.

La CTMA affirme qu'un retour à l'horaire régulier sera envisagé si les provinces voisines assouplissent leurs règlements.

Cette modification d'horaire va engendrer des dépenses supplémentaires d'au moins 100 000 $ pour la CTMA, en raison d'heures supplémentaires des employés et de frais d'électricité causés par un arrêt plus long à Souris. De plus, des délais de livraison de marchandises sont à prévoir dans les commerces madelinots, puisque le traversier arrivera au quai à 22 h plutôt qu'à 18 h.

L'arrêt dans un hôtel du N.-B. toujours demandé

La Communauté maritime des Îles, qui a pris part aux discussions entourant le changement d'horaire de la CTMA, estime que cette modification permet « une sécurité améliorée » des voyageurs.

Ce qui a guidé nos discussions, explique le président Jonathan Lapierre, c’est la sécurité des gens et la possibilité de faire le trajet durant la journée le plus possible, et c’est ce que cette solution-là amène.

Est-ce que c’est la solution parfaite ? Non. Est-ce que c’est la meilleure solution dans le contexte? Oui, mais ça ne règle pas tout.

Jonathan Lapierre, président de la Communauté maritime des Îles

C’est pour ça qu’on demande au gouvernement du Québec de reprendre les discussions, ajoute Jonathan Lapierre, de poursuivre les négociations avec le gouvernement du Nouveau-Brunswick. On implore le premier ministre du Nouveau-Brunswick d’entendre raison et de désigner un ou deux hôtels pour accueillir la clientèle québécoise.

Questionnée sur l'état des négociations avec la province voisine, l'attachée de la ministre de la Sécurité publique, Amélie Paquet, répond ceci par courriel : Sachez que le gouvernement est en mode solution, on tente de faire avancer le dossier. Le canal de communication est toujours ouvert avec le Nouveau-Brunswick. Pour l'instant, nous n'avons pas de commentaires additionnels à faire.

Mardi, la Communauté maritime des Îles a adopté une résolution afin de demander au Nouveau-Brunswick de faire preuve de bonne volonté et de permettre aux voyageurs de s'arrêter une nuit sur son territoire.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !