•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entente de principe permet d'éviter une grève chez Fiat Chrysler

Des employés sur une chaîne de montage.

Des employés travaillent sur la chaîne de montage de l'usine Fiat Chrysler de Brampton, en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Darren Calabrese

Radio-Canada

Le syndicat Unifor a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi qu’il avait conclu une entente de principe concernant le renouvellement de la convention collective de 9000 membres au pays travaillant chez Fiat Chrysler, notamment dans les usines de Brampton et de Windsor, en Ontario, ce qui permet d’éviter une grève.

Le président d’Unifor, Jerry Dias, tiendra une conférence de presse à 10 h, ce matin, afin de détailler cette entente de principe. Il sera accompagné de membres du comité de négociations.

En plus de toucher les employés des usines de Windsor et de Brampton, en Ontario, cette entente concerne également les syndiqués d’Etobicoke, de Mississauga, de Montréal et de Red Deer, en Alberta.

La situation n’est pas rose dans l’industrie automobile. Confronté à la chute des ventes de minifourgonnettes Chrysler Pacifica, Fiat Chrysler a licencié environ le quart de sa main-d’œuvre à Windsor, cet été.

Le syndicat Unifor souhaite que de nouveaux modèles soient construits à Windsor ainsi qu'à l'usine de Brampton, qui compte plus de 3000 employés.

Le mois dernier, le syndicat a conclu une entente de près de deux milliards de dollars avec Ford. Un accord qui prévoit l’assemblage de véhicules électriques et la fabrication de leurs batteries à l’usine d’Oakville.

Les gouvernements fédéral et ontarien ont annoncé jeudi dernier qu’ils verseront chacun 295 millions de dollars pour transformer cette usine de la banlieue torontoise.

La convention collective négociée avec Ford devait servir de modèle au cours des négociations avec Fiat Chrysler. Suivront, par la suite, des négociations avec General Motors.

Mardi, la section locale 444 d’Unifor à l’usine de Windsor soutenait que les progrès vers une entente étaient très lents à l’approche de la date butoir de mercredi à partir de laquelle les syndiqués menaçaient de déclencher une grève.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !