•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’homme accusé du meurtre d’un médecin à Red Deer est apte à suivre son procès

Un policier tient l'accusé menotté dans le dos, quelques instants avant de l'asseoir dans une camionnette de la GRC.

Deng Mabiour, 54 ans, a été arrêté le 10 août à l'extérieur de la clinique de Red Deer quelque temps après le meurtre du médecin Walter Reynolds.

Photo : Facebook

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un psychiatre du Centre de psychiatrie légale du sud de l’Alberta, le Dr Yuri Metelitsa, a déterminé qu’un homme accusé du meurtre d’un médecin à Red Deer le 10 août dernier était capable de comprendre les accusations qui pèsent contre lui, malgré l’affirmation du contraire par le suspect.

Le procès peut donc aller de l’avant.

Les tirades durant les audiences précédentes de Deng Mabiour, âgé de 54 ans et accusé du meurtre au premier degré du Dr Walter Reynolds, avaient poussé le juge à demander cet examen psychiatrique.

L'examen a dû être repoussé de 30 jours le mois dernier, car l’accusé refusait de coopérer avec l’équipe du centre psychiatrique à Calgary.

Deng Mabiour réclamait en cour qu’on lui demande pourquoi il avait tué le médecin de Red Deer, clamant qu’il était malade et qu’il ne se souvenait pas des faits.

La Gendarmerie royale du Canada avait révélé au début de l'enquête que l'accusé connaissait sa présumée victime, sans toutefois spécifier s'il était son patient.

L’homme était plus calme lors de sa comparution mercredi, par vidéo du centre de détention provisoire de Calgary. Il a cependant refusé à nouveau de se prévaloir de l’aide juridique ou du droit d’être défendu par un avocat.

Le juge de la cour provinciale, Gordon Yake, l’a encouragé au contraire à parler à un avocat notant qu’il pourrait bénéficier de conseils juridiques importants .

Il lui a donné jusqu’au 6 novembre pour reconsidérer son choix.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !