•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le masque à la garderie, pas un jeu d'enfants pour les éducatrices

Un enfant pleure dans les bras de sa mère.

Les petits s'ajustent tant bien que mal à couvrir leur visage, mais des garderies font preuve de créativité (archives).

Photo : iStock / Juanmonino

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick impose le port du masque à la garderie dans les aires communes aux enfants de 2 ans et plus qui vivent dans les zones orange depuis lundi. Les petits s'ajustent tant bien que mal à couvrir leur visage, mais certaines garderies font preuve de créativité.

À l'intérieur, les enfants qui fréquentent une garderie peuvent seulement enlever le masque une fois qu'ils sont dans leur local, avec leur groupe respectif. Ils forment ainsi une bulle. Ils doivent toutefois l'enfiler de nouveau dès qu'ils se retrouvent dans les espaces communs, comme la cafétéria ou les corridors.

Or, les enfants d'âge préscolaire sont pour la plupart trop jeunes pour comprendre pourquoi ils doivent porter le masque. Ils ont aussi parfois du mal à discerner qui se cache derrière le couvre-visage.

J'ai une petite qui s'est mise à pleurer. Elle ne voulait pas aller voir son père, parce qu'il avait un masque. C'est difficile, ils ont de la misère à reconnaître qui est derrière ce masque. Donc, pour ça c'est pas facile, confie Allyssia Boucher, éducatrice à la garderie Univers d’enfants à Moncton.

Allyssia Boucher, éducatrice à la petite enfance.

Allyssia Boucher, éducatrice à la petite enfance (archives).

Photo : Radio-Canada

Une mère de famille, Guylaine Godin, raconte avoir dû tempérer les humeurs de son jeune fils avant de l’emmener à la garderie. Le petit de 2 ans a fait une petite crise en rentrant le matin hier [...] Il l'a mis, puis avant de rentrer dans le coin de la porte, il l'a arraché de sa face et a dit : ‘‘Non, pas ça.’’

L’approche par le jeu

Face à ce nouveau défi, la garderie Univers d'enfants à Moncton est passée en mode solutions. L'établissement recevra sous peu de nouveaux masques pour les éducatrices, afin de favoriser la communication non verbale. Des masques avec des petites fenêtres transparentes qui permettent aux enfants de voir notre bouche, précise la propriétaire de l’établissement, Annick Beaulieu.

Annick Beaulieu, propriétaire de la garderie Univers d'enfants,

Annick Beaulieu, propriétaire de la garderie Univers d'enfants (archives).

Photo : Radio-Canada

Cette dernière insiste d'ailleurs sur l'importance de cette communication pour le développement du langage et des émotions chez les plus petits.

La Gardérisson, une garderie de Dieppe, a quant à elle rivalisé de créativité pour amadouer la centaine d’enfants qui la fréquentent en misant sur l'aspect ludique du masque. Quand le masque d’un enfant est mal placé, les éducatrices peuvent dire que la porte est ouverte . Elles peuvent aussi associer le masque à une signification, comme celle de devenir un superhéros.

Des petits jeux comme ça, les enfants trouvent ça drôle, explique la propriétaire, Nadine Cormier, qui a pu en constater les avantages.

Les enfants devront s'habituer à porter le masque pour encore plusieurs jours, puisque la levée des restrictions de la phase orange n'est prévue que 28 jours après la découverte de nouveaux cas de COVID-19.

D’après le reportage de Jean-Philippe Hugues

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !