•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections Colombie-Britannique : les mots du débat

Nuage de mots : santé, pandémie, enfance, logement, autochtones, taxe, économie, climat, racisme, COVID, Premières Nations, éducation, Noir, personnes de couleurs, itinérance, diversité, accessibilité, environnement, crise des surdoses, inclusion, assurance, ICBC.

Lors du débat des chefs, des mots sont revenus plus souvent que d'autres.

Photo : Radio-Canada

Pandémie, santé, enfance, logement et autochtones sont les mots ayant été le plus souvent prononcés au cours du débat télévisé des chefs de mardi soir en vue des élections du 24 octobre prochain.

C’est ce qui ressort d’une analyse sommaire effectuée à partir des interventions des chefs des trois principaux partis.

Les mots du débat

  1. Pandémie 39
  2. Santé 34
  3. Enfance 31
  4. Logement 29
  5. Autochtones 26

On constate rapidement que l’environnement, au coeur du débat en 2017, a été relégué beaucoup plus bas dans les priorités des différents partis. Les mots climat et environnement n’ont été articulés qu’à 18 reprises, étant dits à 8 reprises par le chef du parti néo-démocrate, John Horgan.

Même si la crise climatique, à long terme, est importante, elle est reléguée plus bas dans les priorités en ce moment, remarque l’analyste Bryan Breguet.

Quand on regarde l’environnement, c’est souvent situé en 3e ou 4e position dans les priorités des électeurs, ajoute le professeur à l’Université Langara.

John Horgan

  1. Pandémie 16
  2. Santé 13
  3. Taxe 11

Sans surprise, les mots pandémie, santé et Covid ont monopolisé le débat, étant prononcés à 88 reprises. Encore une fois, c’est de la bouche même du premier ministre sortant qu’ils sont sortis le plus souvent. Malgré une crise des opioïdes qui a franchi, en août, le cap des 1000 morts depuis le début de l’année, le mot n’a été proféré qu’à quatre reprises.

Les verts occupent le terrain des enjeux sociaux

Reflet d’un virage plus à gauche de la part des verts, la chef du parti, Sonia Furstenau, a utilisé son temps de parole pour discuter d’éducation et de services à l’enfance, de racisme et d’enjeux associés aux peuples autochtones.

Sonia Furstenau

  1. Enfance 18
  2. Santé 15
  3. Autochtones 10

La chef, dont le parti est parfois accusé d’être le parti d’un seul enjeu ou de manquer de représentativité au sein de son équipe, a d’ailleurs fait un plaidoyer important en faveur de la diversité.

Nous avons besoin de plus de personnes de couleurs, a-t-elle dit. Nous avons besoin de plus de diversité, car c’est comme ça que nous allons prendre de meilleures décisions.

Sonia Furstenau a d’ailleurs concentré une part importante de son temps de débat aux enjeux liés à l’enfance, à la pauvreté et aux peuples autochtones.

Parti libéral : logement et coût de la vie à l’avant-plan

Quant à lui discret sur les enjeux sociaux, le chef libéral, Andrew Wilkinson, a cherché à parler directement au portefeuille des électeurs, abordant la question du logement à plusieurs reprises.

Andrew Wilkinson

  1. Logement 14
  2. Taxe 7
  3. Économie/Pandémie/santé 6

Andrew Wilkinson a réitéré certaines de ses promesses, notamment celle de suspendre la taxe provinciale pour une durée d’un an, ou encore de mettre fin au monopole d’ICBC afin de réduire le coût des assurances pour les particuliers.

On voit que sa promesse de briser le monopole d’ICBC résonne auprès des électeurs, remarque Bryan Breguet. Je ne serais pas étonné qu’on en entende parler davantage au cours des prochains jours de campagne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !