•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

MTL connecte, un événement plus connecté que jamais

Un avatar dans un village virtuel pour l'événement MTL connecte.

L'événement MTL connecte se tient 100 % virtuellement cette année.

Photo : Courtoisie Pixsenses

Stéphanie Dupuis

Intelligence artificielle, jeux vidéo, FinTech… Montréal était déjà une plaque tournante du numérique, mais avec la pandémie de COVID-19, la réputation de la ville atteint de nouveaux sommets. Surtout si l’on se fie au succès que connaît le festival MTL connecte du Printemps numérique, qui se tient virtuellement cette semaine.

Dès les premières manchettes entourant l’épidémie de COVID-19 à Wuhan, en Chine, les personnes organisant le MTL connecte, un événement qui accueille annuellement plusieurs délégations internationales, ont commencé à plancher sur des plans de contingence.

On a des moyens limités, mais il n’y a pas de limites à la créativité.

Mehdi Benboubakeur, directeur général du Printemps numérique

Rapidement, l’idée d’un événement entièrement virtuel pour ce rendez-vous montréalais a fait son chemin. Une décision prise suffisamment tôt pour permettre de déployer les grands moyens et offrir aux festivaliers et festivalières une raison de plus de se connecter en ligne.

Nous voulons démocratiser les enjeux liés au numérique, alors c’était tout à fait naturel d'aller vers ça.

Mehdi Benboubakeur

Réseautage virtuel

Car là était le défi, selon Mehdi Benboubakeur, directeur général du Printemps numérique : comment faire en sorte que la communauté d’adeptes du numérique soit au rendez-vous, après la chorégraphie quotidienne des réunions sur Zoom, Google Meets ou encore FaceTime?

On ne voulait pas que ce soit plate.

Mehdi Benboubakeur

C’est mission accomplie : pour accéder à certains événements numériques, il faut d’abord se créer un avatar qui permet de se balader dans un village virtuel et y faire, entre autres, du réseautage.

Et pour s’éloigner le plus possible des plateformes populaires de réunion virtuelle, le festival a aussi misé sur des visioconférences au son spatialisé, qui se rapprochent un peu plus de la rencontre en face à face

Vous entendez beaucoup plus fort la personne assise à côté de vous dans la pièce que celle qui est plus loin.

Mehdi Benboubakeur

La plateforme a été imaginée par la jeune pousse montréalaise Pixsense, qui a utilisé la programmation de jeux vidéo pour répondre à sa manière à la pandémie de COVID-19.

Mais avant de devenir la Virtual Zone pour MTL connecte, l’outil a été forgé pour les Cafés numériques, de petits événements de Printemps numérique qui visent à réduire la fracture numérique chez les élèves du secondaire ou encore dans les communautés autochtones.

Une programmation adaptée

Il n’y a pas de doute : la migration vers le virtuel est prolifique pour MTL connecte. Le nombre de conférenciers et conférencières est d’ailleurs passé de 180 à plus de 600. Et l’organisation s’attend à passer de 2400 festivaliers et festivalières l’an dernier à plus de 10 000 cette année.

Pour s’inscrire dans les nouvelles réalités numériques précipitées par la pandémie, le festival a adapté sa programmation. Les sujets entourant le développement durable, le futur du travail, la technologie éducative et la technologie de la santé viennent ainsi s’ajouter aux thèmes récurrents de la ville du futur, de l’intelligence artificielle et de la technologie financière, notamment.

C’est l’équivalent de six chaînes de télévision qui jouent en simultané, de 7 h du matin à minuit le soir.

Mehdi Benboubakeur

Parmi les incontournables de la semaine numérique, Mehdi Benboubakeur pointe la conférence sur le futur d’Internet animée par Fay Arjomandi, la PDG et cofondatrice de Mimik, et la discussion sur la transformation numérique de Kosta Peric, de la Fondation Bill et Melinda Gates, présentée gratuitement ce vendredi aux personnes détenant le laissez-passer Découverte.

Un camion publicitaire arborant une œuvre d'art numérique.

Un camion publicitaire piraté par un artiste numérique pour l'ISEA2020.

Photo : Courtoisie MTL Connecte

Le directeur de Printemps numérique invite aussi la population montréalaise à ouvrir l’œil dans les rues de la ville, alors que des artistes pirates ont pris d’assaut les écrans de camions publicitaires pour le Symposium international sur l’art électronique (ISEA2020), qui se tient en parallèle à MTL connecte.

On a invité plusieurs artistes à [pirater] la publicité. Bien sûr, on a demandé le consentement des propriétaires de camions avant d’aller jouer dans leur système.

Mehdi Benboubakeur

Le virage au numérique a permis aussi de créer des rendez-vous qui n’auraient jamais pu avoir lieu dans un contexte normal, à noter une rencontre entre le maire de Québec, Régis Labeaume, et l’ex-premier ministre de la France et maire du Havre Edouard Philippe, au sujet des villes connectées, mardi après-midi.

Si Mehdi Benboubakeur ne peut que constater le succès de son événement 100 % numérique, il croit que rien ne remplacera les rencontres réelles. Les festivaliers et festivalières pourront certainement s’attendre l’an prochain à une édition hybride.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !