•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dame écrasée par un VTT à Sainte-Thérèse-de-Gaspé : trois individus comparaissent

Un véhicule de la Sûreté du Québec.

Trois individus ont comparu en lien avec un délit de fuite survenu en mai à Sainte-Thérèse-de-Gaspé. (archives)

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

La Sûreté du Québec (SQ) a appréhendé trois personnes relativement à un délit de fuite avec lésions survenu à Sainte-Thérèse-de-Gaspé en mai dernier.

Michaël Athot, 24 ans, et Julie Laurencelle, 28 ans, sont détenus depuis leur comparution. Ils ont été arrêtés à leur domicile de Val D’espoir, mardi soir.

Rachel Poulin, 49 ans, de Cap-D'Espoir, a été remise en liberté d'ici à sa prochaine comparution.

Michaël Athot devra répondre à des accusations de conduite pendant interdiction, de délit de fuite causant des lésions, de voie de fait armée, de voie de fait grave, d'entrave au travail des policiers et de méfait.

Julie Laurencelle, elle, fait face à trois chefs d’accusation pour conduite pendant interdiction, et pour complicité.

Enfin, Rachel Poulin est accusée de complicité après le fait.

L'aboutissement d'une longue enquête entamée en mai

Selon le sergent Claude Doiron de la SQ, ces arrestations sont l'aboutissement d'une longue enquête.

Il rappelle qu'une dame âgée d'une soixantaine d'années a été heurtée gravement par un véhicule tout terrain (VTT) de type côte-à-côte, le 20 mai, en après-midi.

Il y a eu une altercation verbale entre un couple dans la soixantaine et deux individus qui étaient à bord d'un VTT. Et, suivant cette prise de bec là, le conducteur du VTT est parti en trombes et est passé complètement sur le corps d'une dame dans la soixantaine qui a subi des blessures graves, explique le sergent Doiron.

Après l'accident, le conducteur du VTT a pris la fuite avec un autre passager qui l'accompagnait.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.