•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le racisme existe à Calgary, selon la majorité des répondants à un sondage

Trois personnes tiennent des affiches sur lesquelles on peut lire en anglais : Black Lives Matter.

Seulement 35 % des répondants issus de la communauté noire pensent que les Calgariens veulent combattre le racisme.

Photo : CBC / Terri Trembath

Le racisme est bel et bien présent dans la ville de Calgary, estiment 82 % des personnes interrogées dans le cadre d'un sondage de la Calgary Foundation.

La vice-présidente des communications de la Calgary Foundation, Taylor Barrie, dit que c’est la première fois que les personnes interrogées pour le rapport annuel Vital Signs de l'organisme sont sondées sur les questions raciales.

Nous savons qu’il y a du travail à faire pour combattre le racisme.

Taylor Barrie, vice-présidente des communications, Calgary Foundation

Notre rôle est de nous assurer que tout le monde se sente inclus, nous n’y sommes pas encore. Notre responsabilité est d’informer la population de Calgary sur la réalité du racisme, mais aussi de le faire au sein de notre organisation, ajoute Mme Barrie.

Méthodologie du sondage :

La firme Léger a mené ce sondage pour le compte de la Calgary Foundation au mois de juin. En tout, 1000 Calgariens sélectionnés au hasard parmi un groupe de 20 000 personnes ont répondu au sondage.

Une marge d’erreur ne peut être calculée sur un échantillon non probabiliste comme celui-ci.

Le sondage nous apprend également que 67 % des personnes noires vivant à Calgary sondées ne se sentent pas en sécurité dans la ville.

Un sentiment partagé par d’autres communautés selon Teresa Woo-Paw, la fondatrice et présidente de l’organisation Act2endracism et ancienne députée provinciale. Elle rappelle que les actes racistes contre la communauté asiatique ne cessent d’augmenter depuis la COVID-19.

Beaucoup de victimes ne dénoncent pas les actes racistes ce qui ne permet de saisir l’ampleur du racisme.

Teresa Woo-Paw, fondatrice et présidente de l’organisation Act2endracism

Son organisation a d’ailleurs lancé la semaine dernière la campagne nationale #speakup sur les médias sociaux (Nouvelle fenêtre) pour donner une voix aux victimes de racisme.

C’est important d’avoir une voix, car partager nos expériences est bon pour notre santé mentale, mais aussi importante pour les pouvoirs publics, car ils auront suffisamment de données pour créer des politiques contre le racisme , explique Mme Woo-Paw.

La campagne #speakup (Nouvelle fenêtre) va durer jusqu’à la fin du mois. Par ailleurs, les résultats du sondage feront l'objet de discussions lors d’une activité qui se tiendra en ligne la semaine prochaine.

À cette occasion, trois femmes issues de la diversité ethnique parleront de la façon dont elles vivent avec le racisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !