•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident mortel sur la route 117 : la communauté amossoise est sous le choc

L'homme sourit debout devant un micro, une feuille à la main.

Michaël Bédard faisait découvrir un de ses textes lors du 4e Cabaret des mots de l'Abitibi-Témiscamingue, à La Sarre, le 24 septembre.

Photo : Gracieuseté : Élisabeth Carrier

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La communauté amossoise et la communauté culturelle de la région sont en deuil à la suite de la mort de Michaël Bédard dans une collision frontale sur la route 117 mardi.

L’homme de 29 ans était impliqué sur la scène culturelle et communautaire dans la MRC d’Abitibi. Depuis sa mort, les personnes qui l’ont croisé lui rendent hommage.

Improvisateur, comédien pour Amos vous raconte son histoire et collaborateur de nombreux projets avec l'équipe de MédiAT, Michaël Bédard était aussi impliqué à la Maison des jeunes d’Amos.

Il avait mené deux mandats au sein de l’organisme, séparés par un retour aux études. Je pense que c’était quelqu’un qui était passionné, c’était vraiment quelqu’un qui voulait transmettre une flamme, transmettre une passion. C’était pour nous un animateur qui était hyper dynamique, qui était très apprécié de tous les jeunes confondus. C’était quelqu’un pour qui le salaire importait peu. Il donnait tout son cœur au travail, soutient la directrice générale de la Maison des jeunes et bonne amie, Kate Dessureault.

« C’était vraiment quelqu’un qui avait de la facilité dans la prise de contact avec l’être humain, c’était un aimant à personnes. »

— Une citation de  Kate Dessureault

L’auteur originaire d’Amos Samuel Larochelle le décrit comme une personne extrêmement énergique, à l’écoute, généreux de son temps.

Il raconte l’avoir rencontré lorsqu’il était président d’honneur du Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue. Samuel Larochelle organisait un cabaret littéraire en mai 2019.

On m’avait conseillé Michaël. J’avais d’abord lu ses mots, j’avais vu son talent tout de suite. Je m’étais senti à l’aise de l’inviter au cabaret et lors de la soirée, j’ai tout de suite vu que c’était plus qu’un talent avec les mots, c’était une présence sur scène, une capacité de jouer avec le public, de rigoler avec le public. Et dans ses textes, c’était à la fois beaucoup de profondeur, de sensibilité, d’humour, un style très personnel, décrit Samuel Larochelle.

Les deux hommes se sont croisés plusieurs fois ensuite, dont au Cabaret des mots il y a quelques jours, à La Sarre.

L’enquête pour déterminer les circonstances entourant sa mort se poursuit au Bureau des enquêtes indépendantes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !