•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille à bout de nerfs après 89 cas de COVID-19 dans un centre de soins

L’établissement est le théâtre de l'éclosion la plus meurtrière de COVID-19 dans un foyer de soins au Manitoba.

Deux femmes avec un masque.

Isabel Scribe et Lisa Muswagon déplorent le nombre réduit de membres du personnel et la mauvaise communication à Parkview Place, un établissement de soins de longue durée qui fait face à une épidémie de COVID-19 à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Radio-Canada

Lisa Muswagon, dont le père est hébergé en isolement dans la résidence pour personnes âgées Parkview Place, est au bord de la crise de nerfs depuis que l’entreprise gestionnaire de l’établissement, Revera, a reconnu mercredi que 67 résidents et 22 membres du personnel ont été déclarés positifs à la COVID-19.

Lisa Muswagon et sa mère, Isabel Scribe, tentent tous les jours de joindre Charles Scribe au téléphone. Les deux femmes s’inquiètent pour la santé de l’homme de 72 ans, qui se trouve en isolement dans sa chambre au 4e étage de Parkview Place.

L’établissement est le théâtre de la plus importante et la plus meurtrière éclosion de COVID-19 dans un foyer de soins de longue durée au Manitoba depuis le début de la pandémie dans la province. Jusqu’à présent, neuf résidents sont morts et 68 cas sont actuellement actifs.

Je suis au bord de la crise de nerfs. Il y a tellement d’incertitudes. Va-t-il tomber malade? S’il tombe malade, que va-t-il se passer, s’interroge sa fille au sujet de son père.

Isabel Scribe, s'inquiète tout autant pour son mari.

C’est très stressant. Je n’arrive pas à dormir, je suis constamment inquiète à propos de ce qui se passe là-bas et comment il va.

Isabel Scribe, femme de Charles Scribe et mère de Lisa Muswagon

Parkview Place est au niveau critique

Charles Scribe a été admis dans cette maison pour personnes âgées en mars dernier, au tout début de la pandémie au Manitoba. Sept mois plus tard, sa fille remet en cause sa décision.

Parkview Place se trouve au niveau critique du système provincial de riposte à la pandémie, soit le niveau le plus élevé, et ce, depuis le 16 septembre après qu’un de ses employés a été déclaré positif.

C'est l'un des sept foyers de soins personnels actuellement aux prises avec des éclosions dans la province.

Pour endiguer la propagation, 205 résidents de Parkview Place vivant dans les étages 3 à 12 ont été mis en isolement le 6 octobre. Ils sont surveillés deux fois par jour pour détecter des symptômes de la COVID-19, les repas sont livrés dans les chambres sur des plateaux, et le personnel est examiné au début et à la fin de chaque quart de travail, assure Revera dans une lettre aux résidents.

Les membres du personnel portent également des masques, des gants et des lunettes de protection lorsqu'ils interagissent avec les résidents, ajoute la lettre.

Les résidents qui ont contracté la maladie sont, eux, répartis en deux groupes dispersés sur deux étages pour réduire la transmission de la maladie.

Les infirmières ne répondent pas

Quoi qu’il en soit, Isabel Scribe et sa fille ont le sentiment d’être laissées de côté en n’étant pas tenues informées de ce qui se passe dans la maison de retraite.

On ne peut même pas parler aux infirmières parce qu’il n’y a personne pour répondre au 4e étage, affirme-t-elle.

Un homme et une femme avec un bébé.

Lisa Muswagon et sa fille rendent visite à son père, Charles, à Parkview Place, au cours de cette année.

Photo : Soumise par Lisa Muswagon

Les quelques conversations téléphoniques qu’elles ont pu avoir avec lui sont inquiétantes cependant. Selon Lisa Muswagon, personne ne vient le voir régulièrement, et il n’est pas changé souvent. Les deux femmes sont aussi inquiètes du nombre de personnes qui travaillent à Parkview Place.

[Les résidents] traînent dans leurs excréments pendant plusieurs heures parce que personne ne peut venir les changer, dit Lisa Muswagon.

Elle explique également que son père est récemment tombé au milieu de la nuit, alors qu'il se rendait aux toilettes, mais que personne ne s’est occupé de lui pendant des heures.

Des inspections bientôt effectuées

Lors d'une conférence de presse, le médecin hygiéniste en chef du Manitoba a dit qu'il surveillait de près l'épidémie à Parkview Place.

Nous avons été en communication avec les gestionnaires, a affirmé Brent Roussin. Des inspections seront effectuées.

Le Dr Roussin a ajouté qu'une exemption a été accordée à la règle obligeant les employés des maisons de retraite à travailler dans un seul établissement pour permettre à de nouveaux travailleurs d’accroître le nombre de membres du personnel du foyer de soins de longue durée.

C'est inquiétant, a-t-il dit. Cela montre simplement que nous devons à nouveau protéger ces établissements. Il y a beaucoup de personnes vulnérables à l’intérieur, et la meilleure façon de les protéger est de limiter la transmission communautaire.

Dans un courriel, un porte-parole de Revera a déclaré, mardi, que les protocoles internes concernant la gestion de la pandémie étaient continuellement revus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !