•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bas-Saint-Laurent devient la première FabRégion au Canada

L'intérieur de l'une des serres municipales à la Trinité-des-Monts.

Quelque 31 villes, dont de grandes métropoles comme Paris ou Barcelone, et régions sont regroupées au sein du réseau Fab City.

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

Le Bas-Saint-Laurent est nommé première FabRégion au Canada et s'engage ainsi à atteindre 50 % d'autonomie alimentaire, énergétique et manufacturière d'ici 2054. Cet objectif doit être atteint par la mise en place d'une gouvernance régionale composée d’élus, de citoyens, de chercheurs et d'experts sectoriels.

Une FabRégion est une communauté qui réfléchit à son avenir collectivement. C’est construire un écosystème collaboratif, propice à l’innovation et qui travaille dans une approche intersectorielle, explique, par communiqué, une représentante du groupe d’experts sectoriels qui participe au comité de pilotage, Émilie Dupont.

Le réseau de Fab City est composé de 31 villes et régions, dont de grandes métropoles comme Barcelone, Paris ou Shenzhen, indique un communiqué signé par le Living Lab en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-Loup.

Ce réseau permet l'échange d'information sur les meilleures pratiques en matière d'autonomie.

Le chargé de projet au Living Lab en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-Loup, Stève Joncoux, soutient que le fait de se joindre à ce réseau permettra d'abord au Bas-Saint-Laurent de dresser un portrait concret de ses besoins en matière de consommation.

Avoir le portrait, ça va nous permettre de voir comment on peut, justement, essayer de relier les deux [la production et la consommation] à travers des circuits courts, directs, entre les producteurs et les consommateurs, affirme-t-il.

On sait déjà que, dans certains domaines, on produirait assez pour nourrir la population régionale, mais il y en a une bonne partie qui est exportée à l'extérieur de la région et ce qu'on consomme, à l'inverse, c'est importé d'ailleurs.

Stève Joncoux, chargé de projet au Living Lab en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-Loup

En tant qu’élus locaux, nous jouons un rôle essentiel dans le soutien et l'accélération des politiques d’autonomie et de gestion collective des ressources de notre région, soutient, par communiqué, le président de la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL), Michel Lagacé.

Le caractère rural du Bas-Saint-Laurent lui permet de ressortir du lot au sein du réseau Fab City.

Le projet FabRégion pour le Bas-Saint-Laurent est coordonné par le Living Lab en innovation ouverte (LLio) du Cégep de Rivière-du-Loup, en partenariat avec l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), la TREMBSL, la mairesse de Sainte-Luce, le groupe Rimouski en transition, la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent (TCBBSL), la Société d’aide au développement de la collectivité du Kamouraska (SADC), le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL), l’Alliance pour la solidarité du Bas-Saint-Laurent et des citoyens.

Le Fab City Summit se déroule de façon virtuelle mercredi et jeudi à Rivière-du-Loup.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !