•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Percy Schmeiser, l'agriculteur qui a tenu tête à Monsanto

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un homme.

Le fermier saskatchewanais Percy Schmeiser, après sa comparution en Cour suprême du Canada, en 2004.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Le fermier saskatchewanais Percy Schmeiser est décédé à l’âge de 89 ans. Il était connu du grand public pour sa bataille juridique contre le géant de l’agrochimie Monsanto, une lutte qui a fait le tour du monde.

L’agriculteur de Bruno a mené un combat juridique contre Monsanto et l’un de ses brevets d’un organisme génétiquement modifié, le Roundup Ready Canola, jusqu'à la Cour suprême du Canada.

Il a toutefois perdu son combat contre le droit des entreprises à breveter non seulement des semences, mais les générations futures des plantes qu'elles produisent.

David contre Goliath

La lutte de Percy Schmeiser débute le 6 août 1998, lorsque Monsanto lance une poursuite contre lui.

Cette poursuite allègue que Percy Schmeiser a fait pousser du canola génétiquement modifié par l’entreprise dans ses champs. La culture en question avait été créée par la multinationale pour résister à l’herbicide du même nom, le Roundup, et ainsi être plus forte et plus généreuse.

Percy Schmeiser se défend en disant que ce canola s’est retrouvé parmi ses cultures de façon accidentelle, parce que les agriculteurs ensemencent à partir de leurs graines de l’année précédente. Ce canola modifié est ainsi indissociable de celui qui lui appartient, soutient-il.

Il s’en suit un affrontement juridique entre l’agriculteur du petit village de Bruno, en Saskatchewan, et le géant de l’agroalimentaire, qui veut défendre sa propriété intellectuelle.

Une capture d'écran d'une entrevue avec Louise et Percy Schmeiser réalisée par Mongrel Media pour la sortie du film «Percy» au grand écran.

Percy Schmeiser, avec sa femme Louise, lors d'une récente entrevue réalisée par Mongrel Media pour la sortie du film Percy au grand écran.

Photo : Scythia Films/Mongrel Media

La cause est d’abord entendue à la Cour fédérale du Canada, qui se range du côté de Monsanto. Percy Schmeiser fait appel de la décision à la Cour d’appel fédérale.

Cette longue bataille juridique se termine en 2004 devant la Cour suprême du Canada, qui donne raison à Monsanto dans une décision serrée de cinq contre quatre.

Le Saskatchewanais est donc coupable d’avoir planté des graines de Monsanto sur ses terres et d’avoir violé les lois sur les brevets. Monsanto, conclut la Cour, peut exercer son brevet sur les générations futures des plantes issues de ses semences génétiquement modifiées.

Percy Schmeiser n'a toutefois pas à payer de dommages-intérêts à la multinationale. À l'unanimité, la Cour suprême juge qu'il n'a pas profité des modifications génétiques du canola OGM de Monsanto, puisqu'il n'a jamais répandu l'herbicide Roundup dans ses champs.

Pas de regrets

Il y a une société qui vaut des milliards, qui se bat contre un agriculteur qui est loin d’avoir les mêmes ressources. C’était vraiment difficile, confiait Percy Schmeiser en 2018, 20 ans après le début des procédures.

Malgré le jugement de la Cour suprême du Canada, Percy Schmeiser a toujours affirmé que ses démarches étaient bien loin d’avoir été une défaite.

Au bout du compte, cette histoire s’est bien terminée, et nous avons attiré l’attention du monde entier sur ce que sont les OGM et les problèmes qu’ils peuvent créer pour les agriculteurs, estimait le fermier saskatchewanais près de 20 ans après le début des démarches juridiques.

Son histoire a fait l’objet d’un long métrage hollywoodien tourné à Winnipeg. L’acteur Christopher Walken y interprète le rôle de Percy Schmeiser. Il est à l’affiche depuis le 9 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !