•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

WestJet suspend plusieurs activités en Atlantique

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un gros plan d'un avion du transporteur WestJet, vu de l'extérieur. On voit un pilote assis dans la cabine.

Le reportage de Geneviève Normand

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Le transporteur WestJet annonce qu’il suspend « indéfiniment » ses activités à Moncton, à Fredericton, à Sydney et à Charlottetown et qu’il réduit considérablement ses services à Halifax et à Saint-Jean, à Terre-Neuve.

La mesure touche plus de 100 vols hebdomadaires, soit près de 80 % de sa capacité aérienne dans la région de l'Atlantique, à compter du 2 novembre. La liaison Québec-Toronto sera aussi suspendue.

En Atlantique, seuls certains vols entre Halifax et les villes de Toronto, de Calgary et de Saint-Jean, à Terre-Neuve, seront encore offerts après le 2 novembre. Tous les vols de WestJet à destination ou en provenance de Moncton, de Fredericton, de Sydney, de Charlottetown et de Québec seront interrompus dès le 2 novembre.

Aucune date n’est encore prévue pour la reprise du service. L’entreprise explique que ces vols ne sont plus assez rentables dans les conditions actuelles.

Depuis le début de la pandémie, nous nous sommes efforcés de maintenir les services aériens essentiels dans tous nos aéroports nationaux, mais la demande en matière de déplacements est grandement limitée par des politiques restrictives, et nous sommes à court d'options avec les augmentations de frais de tiers, étant donné l'absence de soutien propre au secteur, affirme le PDG de WestJet, Ed Sims, cité dans un communiqué.

WestJet annonce du même coup la mise à pied d'une centaine d'employés de soutien. Cela ne comprend pas son personnel des aéroports déjà touché par une restructuration précédente en Atlantique.

Les passagers, les grands perdants de cette annonce

À l'Aéroport international du Grand Moncton, seule Air Canada propose toujours des vols vers l'extérieur des provinces atlantiques.

Le président-directeur général de l'aéroport, Bernard LeBlanc, n'entrevoit pas de compressions à court terme à la suite de cette annonce, rappelant que la compagnie avait déjà réduit considérablement son offre, passant de trois vols par jour à trois vols par semaine.

Selon lui, les plus grands perdants à la suite de cette annonce, ce sont donc les passagers. Nous, on a l'avantage d'avoir des activités de cargo aussi, mais une grande partie des revenus se rapporte aux passagers, dit M. LeBlanc.

Comme l'aéroport perçoit des frais par passager, les baisses de revenus sont donc surtout attribuables à l'absence de voyageurs. Mais on a besoin des lignes aériennes pour avoir des passagers, convient-il.

L'intervention d'Ottawa réclamée dans les Maritimes

Les premiers ministres des Maritimes pressent le gouvernement fédéral d’agir de toute urgence pour appuyer le transport aérien régional.

À l’Île-du-Prince-Édouard, le premier ministre Dennis King, s'est dit profondément déçu. Lorsque WestJet avait annoncé l’expansion de ses services dans la province il y a moins d’un an, l'enthousiasme de la communauté d'affaires de la province était palpable, explique M. King. Aujourd’hui, déplore-t-il, ses concitoyens voient leur accès au transport aérien limité, ce qui entraînera, selon lui, des conséquences directes pour les familles et les entreprises.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, s'est lui aussi dit attristé et inquiet de la disparition quasi totale des services de WestJet dans la région. M. Higgs convient que la bulle atlantique n'a rien fait pour aider les choses, mais soutient qu'il est temps de bâtir une stratégie de vitalité à long terme pour le maintien du service aérien dans la province.

L’accessibilité des régions, une priorité du fédéral

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a déclaré en réaction à cette annonce que dans un pays aussi vaste que le Canada, le transport aérien était essentiel afin que les communautés, petites et grandes, soient liées entre elles.

L’accessibilité de nos régions est plus importante que jamais, et les connexions aériennes sont essentielles au développement économique [des régions] et à la prospérité.

Marc Garneau, ministre fédéral des Transports

Le ministre explique que son gouvernement entend coopérer avec l'industrie afin de trouver une façon de mieux servir les régions touchées par ces changements.

Nous allons continuer de travailler de très près avec l’industrie, les gouvernements provinciaux et les communautés locales afin de trouver les solutions et outils adéquats afin de s’assurer que ces connexions aériennes régionales demeurent opérationnelles de manière pérenne, affirme-t-il.

La nationalisation des services, une solution au transport régional?

La santé économique d'un pays aussi vaste que le Canada est directement liée à la qualité du système de transport, soutient également Isabelle Dostaler, experte du domaine de l'aviation et professeure à l'Université Memorial.

Mais voyant comment ce sont les régions qui écopent en situation de crise, la professeure s'interroge sur les conséquences de la libéralisation, depuis les années 80, des marchés du transport au Canada.

Est-ce qu'on veut vraiment que l'argent des payeurs de taxes viennent sauver les transports aériens, quand, on sait, dès que ça va bien, les salaires faramineux que les dirigeants se payent?

Isabelle Dostaler, experte du domaine de l'aviation et professeure à l'Université Memorial

La nationalisation des transports est donc une question légitime dans le contexte actuel, mais encore une fois, ce modèle soulève certaines préoccupations.

La vie en région a un coût, mais qui doit en payer le prix? demande Mme Dostaler. Est-ce que ce sont les payeurs de taxes? C'est une question difficile, mais pertinente.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !