•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les restrictions de voyage dans le nord du Manitoba ne sont pas respectées

Les communautés autochtones sont inquiètes, alors que neuf Premières Nations du Manitoba ont déclaré des cas de COVID-19 récemment.

Des personnes arrêtent des automobilistes qui circulent dans la Première Nation Misipawistik.

Beaucoup de personnes se rendent dans des communautés dans le nord du Manitoba malgré une restriction provinciale qui interdit les déplacements non essentiels dans le nord.

Photo : gracieuseté : Muriel Cook

Radio-Canada

La chef d'une Première Nation du nord du Manitoba affirme que de nombreuses personnes se rendent toujours dans sa communauté malgré une restriction provinciale interdisant les déplacements dans le nord.

Selon la chef de la Première Nation crie Misipawistik, Heidi Cook, un contrôle routier dans sa communauté organisé cette fin de semaine démontre que 1773 véhicules ont traversé sa communauté. Seulement 629 de ces déplacements peuvent, selon elle, être considérés comme essentiels. 

Heidi Cook demande plus de contrôle sur ces restrictions de déplacements dans le nord et une meilleure sensibilisation. 

C'est un peu frustrant, pour être honnête, parce que je ne pense pas que les gens le fassent intentionnellement. Souvent, ils ne sont simplement pas au courant.

Heidi Cook, chef de la Première Nation crie Misipawistik
Heidi Cook, chef de la Première Nation crie Misipawistik est assise à son bureau.

La chef de la Première Nation Misipawistik, Heidi Cook, demande plus de contrôle sur les restrictions de déplacements dans le nord.

Photo : gracieuseté : Muriel Cook

Il n'y a pas eu de sensibilisation. Au printemps, il y avait des panneaux routiers pour indiquer des restrictions en matière de déplacement. Ce n’est pas le cas à l’heure actuelle, il n’y a aucun panneau. Il y a donc beaucoup de déplacements non essentiels qui se font dans les deux sens, dit-elle dans un entretien téléphonique.

Heidi Cook craint que le nouveau coronavirus n'atteigne sa communauté, située près de Grand Rapids, si les restrictions mises en place par le gouvernement ne sont pas respectées. 

Nous ne sommes pas plus en sécurité qu'au printemps, dit-elle. Si la COVID-19 entre dans notre communauté, nous n'avons pas un accès facile aux soins de santé. Nous avons des populations plus vulnérables et des familles nombreuses. Ce sera difficile de contenir et de gérer la situation.

Au cours des dernières semaines, neuf Premières Nations du Manitoba ont déclaré avoir des cas de COVID-19 dans leur communauté.

Le chef de la Première Nation de Peguis, Glenn Hudson, a annoncé mardi que sa communauté comptait quatre cas actifs et que la communauté avait envoyé 21 personnes dans des hôtels à Winnipeg pour s'isoler.

Il ajoute que 10 remorques destinées à l'isolement devraient arriver dans les prochaines semaines dans sa communauté. Glenn Hudson espère également voir l’installation d’un centre de dépistage rapide et il dit qu'il appuie le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas, qui demande un hôpital de campagne mobile à Little Grand Rapids.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Avec les informations d’Austin Grabish

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !