•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 600 lits supplémentaires dans un nouvel hôpital en Outaouais

Christian Dubé parle en conférence de presse.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, est de passage mercredi matin à Gatineau pour une annonce (archives).

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec annonce ce matin la construction d'un hôpital affilié universitaire de près de 600 lits en Outaouais.

La province parle cependant « d’un ajout net de 240 lits » à la suite de la « réorganisation de l’ensemble de l’offre de services de la région ». En campagne électorale, la Coalition avenir Québec (CAQ) avait promis l'ajout de 170 lits dans la région.

Le futur hôpital regroupera plusieurs spécialités. Cette mesure permettra de mieux répondre aux besoins de l’Outaouais en matière de santé, en favorisant notamment la rétention de personnel.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, et le ministre responsable de l'Outaouais et député de Papineau, Mathieu Lacombe, ont dévoilé en conférence de presse virtuelle certains détails de cette annonce.

Nous posons aujourd’hui une nouvelle pierre afin de donner le goût au personnel soignant de travailler ici.

Mathieu Lacombe, député de Papineau et ministre responsable de l'Outaouais

Le ministre de la Santé aimerait pouvoir livrer un dossier du projet à l'intérieur de 12 à 18 mois, dossier dans lequel se trouveraient davantage de détails quant aux coûts, à l'emplacement ainsi qu'une date de livraison.

Ça va être un mégahôpital [...]. Les questions du site et des coûts vont être développées à l'intérieur du dossier d'opportunités.

Christian Dubé, ministre de la Santé

Un manque de personnel à combler

Toutefois, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais connait un manque de personnel hospitalier dans la région, ce qui s'est traduit notamment par des fermetures d'ailes de centres hospitaliers et des sit-in en guise de contestation.

Président du Syndicat des professionnels en soins de l'Outaouais, Patrick Guay, rappelle que la région fait face à un énorme défi de ce côté.

Avec les 400 lits qu'on a en ce moment dans l'urbain, on n'arrive pas à offrir les services nécessaires ou avec le nombre de professionnels nécessaires. On travaille avec du moins trois, du moins quatre, du moins deux [employés], a-t-il fait savoir en entrevue à l'émission Les matins d'ici.

Qu'on ait une belle grosse bâtisse construite, mais qu'on n'ait pas le personnel pour s'en occuper.

Patrick Guay, président du Syndicat des professionnels en soins de l'Outaouais

Il estime que des conditions de travail intéressantes sont primordiales afin d'attirer des professionnels de la santé, et que sans elles, peu importe l'établissement, les professionnels iront ailleurs.

À cette inquiétude, le ministre Lacombe répond qu'un nouvel établissement pourrait servir d'attrait pour les travailleurs de la santé.

On va avoir des environnements de soins qui vont être beaucoup plus modernes, qui vont être innovants qui vont être mieux pensés pour répondre aux besoins réels de la communauté, a-t-il fait savoir en conférence de presse.

On pourrait avoir nos hôpitaux remplis de personnel, mais il manquerait de lits pour être capable d'hospitaliser les patients et de leur offrir les services.

Mathieu Lacombe, député de Papineau et ministre responsable de l'Outaouais

Il est conscient toutefois que le défi sera de taille puisque l'offre dans la région pour les professionnels de la santé est variée.

Les autres régions ne vivent pas la concurrence de Hawkesbury, la concurrence de Pembroke, la concurrence immense d'Ottawa - leurs hôpitaux, de leurs collèges, leurs universités, a précisé le ministre Lacombe.

Pour le CISSS de l'Outaouais, il s'agit de combiner plusieurs efforts, notamment de poursuivre les actions.

Il faut aussi aller faire de la promotion auprès de nos jeunes, a-t-il insisté lors du point de presse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !