•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexis Gravel de retour avec les Mooseheads d'Halifax

L'ancien choix des Blackhawks de Chicago était joueur autonome et lorgnait l'Europe

Un gardien de but au hockey s'appuie sur son bâton devant son filet

Le gardien des Mooseheads, Alexis Gravel, entreprendra sa 5e saison à Halifax.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

François Le Blanc

Les Mooseheads d'Halifax reçoivent du renfort. Le gardien Alexis Gravel revient avec l'équipe pour une 5e saison. Mais, les partisans devront attendre avant de le voir enfiler son chandail numéro 1 en raison d'une quarantaine obligatoire.

Le gardien est à genoux devant un joueur qui tente de le déjouer.

Alexis Gravel défend les couleurs des Mooseheads depuis 2016. Ici, il repousse l'attaque de Connor Bramwell de l'Armada de Blainville-Boisbriand.

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Je ne peux pas vraiment sortir. Je n'ai pas grand-chose à faire, je fais beaucoup de Xbox, dit-il en riant. Je passe aussi le temps avec des sudokus et de la lecture.

Alexis Gravel doit prendre son mal en patience. Résident du Québec, le cerbère doit s'isoler jusqu'au 25  octobre dans un hôtel d'Halifax, comme doivent le faire tous les gens qui arrivent de l'extérieur de la bulle atlantique (NDLR : les quatre provinces de l'Atlantique).

Il ne peut sortir. On va lui porter des repas à sa porte de chambre. L'athlète a tout de même des fourmis dans les jambes.

Je suis un gars de nature : j'aime me promener! Je me demande comment je vais aller au 12e ou 13e jour, ajoute Gravel avec un éclat de rire. Mais, je me sens chanceux, quand même car, après, je vais pouvoir jouer au hockey.

Alexis a son gilet de hockey sur le dos avec une casquette. Il parle avec un homme en complet.

Alexis Gravel a été repêché au 162e rang par les Blackhawks de Chicago en juin 2018. L'équipe avait deux ans pour lui faire signer un contrat mais a décidé de ne pas retenir ses services.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Et Alexis Gravel est heureux de s'être trouvé une équipe pour jouer. Le Québécois, originaire d'Asbestos, examinait les options pour évoluer au hockey professionnel.

L'Europe était une possibilité tout comme un retour dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Quelques équipes professionnelles lui ont aussi fait signe.

Je pensais plus au long terme qu'au court terme, explique Alexis Gravel. Mon objectif, c'est de jouer dans la Ligue nationale. En me joignant aux Mooseheads, c'était la meilleure décision pour moi.

J'ai vécu plein de beaux moments ici. Oui, j'ai eu des hauts et des bas. [Halifax] est une très belle ville de hockey, les Mooseheads sont une très belle organisation, tant sur la glace que pour l'école. J'ai toujours été bien traité et la décision s'est prise facilement

Alexis Gravel qui a commencé son stage junior à Halifax en 2016

Il a tissé de solides liens ici, comme en fait foi son attachement à la famille qui l'a hébergée durant son stage junior. Le retour dans la capitale de la Nouvelle-Écosse se fait donc plus facilement.

Visibilité

Il sait qu'il jouera beaucoup de matchs et que sa saison à Halifax, dans la LHJMQ, lui donnera plus de visibilité.

Peter Abbandonato tente de battre le gardien Alexis Gravel.

Peter Abbandonato tente de battre le gardien Alexis Gravel.

Photo : Louvik Archambault

C'est l'une des seules ligues qui roule présentement, rappelle-t-il. Je vais avoir une belle année et après ça, j'irai jouer professionnel. Ça me donne une année de plus pour me développer.

Repêché par les Blackhawks de Chicago en 2018, Gravel n'a pas reçu d'offres de contrat de leur part. ll est donc joueur autonome. D'où l'importance de bien faire cette année.

Sauf que, les Mooseheads sont dans la deuxième année d'une reconstruction. Alexis Gravel est conscient de l'ampleur de la tâche. Halifax n'a qu'une victoire en quatre parties cette saison.

Je me lance un défi. Je vais tout faire pour donner une chance à l'équipe de gagner chaque soir. Je sais que je ne peux marquer de buts. Mais, si j'arrête le plus de rondelles possible, je fais mon travail.

Alexis Gravel, gardien des Mooseheads

Le gardien de but a regardé trois des quatre joutes. Il croit pouvoir aider ses nouveaux coéquipiers. On a un bon noyau de jeunes, analyse Gravel. Mais, lorsqu'on affronte des équipes plus vieilles, souvent, l'expérience rapporte.

Justin Barron debout en habit de hockey sur la patinoire.

Gravel retrouvera Justin Barron, le défenseur étoile des Mooseheads.

Photo : DAVID CHAN

Il parle en connaissance de cause. En 2016-2017, les Mooseheads, garnis de jeunes talentueux comme Gravel, Benoît-Olivier Groulx, Jared McIsaac, Raphaël Lavoie, ont vu des adversaires plus expérimentés leur infliger des défaites et les mettre mal en point.

Il faut avoir de la constance, c'est l'objectif, explique Gravel. Il veut donc être un leader. Ce sera sa façon de redonner au suivant... et, par le fait même, s'aider lui aussi.

À 20 ans, ce sera ma 5e saison. Je connais la ligue, j'ai l'expérience, je sais ce que j'ai à faire.

Alexis Gravel, prêt à prouver son talent aux recruteurs et aux partisans qui doutent de lui

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !