•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancer son premier roman en pleine pandémie

Le premier roman de Cynthia Massé est un rêve qui se réalise pour la jeune femme.

La jeune femme sourit et regarde sur le côté.

La jeune écrivaine Cynthia Massé

Photo : Samantha Briand

Cecile Gladel

Chérie, le premier roman de Cynthia Massé, sorti en septembre dernier, est un rêve qui se réalise pour la jeune femme, même si la pandémie lui a volé un véritable lancement.

On a fait un Live [vidéo en direct] sur Facebook, ce n’est que partie remise, souligne-t-elle en entrevue.

Cynthia Massé a commencé la rédaction de son premier roman pendant son séjour au Banff Centre des arts et de la créativité en Alberta, après avoir gagné le Prix du récit Radio-Canada en 2016.

Sa participation aux Prix de la création lui a permis de gagner en expérience. J’avais participé l’année d’avant avec un autre texte; quand je l’ai relu, j’ai compris pourquoi je n’avais pas gagné, soutient la jeune écrivaine.

Évidemment, elle souligne que le fait de gagner lui a donné la petite poussée qui lui manquait pour oser écrire un roman, mais aussi pour trouver une maison d’édition.

Je me disais que c’était un rêve atteignable que je caressais en secret. Je ne pensais pas écrire un roman; je me dirigeais vers l’enseignement. Après le prix, j’ai changé de parcours et j’ai décidé de faire une maîtrise en création littéraire au lieu d’en faire une en enseignement et d’aller enseigner la littérature au cégep.

Cynthia Massé
Deux mains tentent de se toucher sur la page couverture du roman.

« Chérie » est le premier roman de Cynthia Massé.

Photo : Tête première

C’est donc à Banff, dans un petit chalet isolé dans le bois avec un ordinateur et une imprimante, qu’elle a écrit la première version de Chérie. Il n’y avait pas de distractions. J’écrivais tous les matins. À ce moment-là, j’ai terminé ma première version. Et il y en a eu des dizaines après, explique Cynthia Massé.

Chaque page ou presque de son roman est coiffée d’un titre qui commence par un C, comme son prénom. Même chose pour le titre du livre. Il y a beaucoup d’auteurs et d’autrices qui ont des problèmes [pour trouver un] titre, mais moi, c’est ma force, reconnaît Cynthia Massé.

L’inspiration entre Montréal et Sorel

Chérie parle d’amour et de la relation pas facile entre une femme et un homme. La femme est obsédée par l’ex de son copain, et cette obsession la torture. Le couple n’habite pas ensemble : elle est à Montréal, lui, à Sorel. Je voulais avoir une distance physique pour que ça ne soit pas facile, précise Cynthia Massé.

L’idée de ce roman lui est venue entre Montréal et Sorel, un trajet que la jeune femme faisait toutes les fins de semaine pour retourner chez ses parents lorsqu’elle était étudiante. En autobus, avec le métro, porte à porte, ça prend trois heures. J’avais le temps de penser, de sortir mon ordinateur et d’écrire.

Une obsession pour Nelly Arcan

Cynthia Massé avoue aussi être fascinée par Nelly Arcan. Elle l’adore, l’a lue et relue, et en a même fait le sujet de son mémoire de maîtrise. Elle explique que le livre est un peu la mise en fiction de cette adoration.

Je me sentais comme en compétition avec elle, car être une femme qui écrit de l’autofiction après Nelly Arcan, ce n’était pas pertinent. J’allais toujours vivre dans son ombre. Pour moi, c’était une façon de m’en exorciser, en la mettant en fiction à travers une relation amoureuse. Les gens s’identifient plus à l’échec amoureux qu’au besoin d’écrire.

Cynthia Massé

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits (histoires vécues), nouvelles et poèmes inédits soumis au concours. 

Vous écrivez des nouvelles? Envoyez-nous vos textes inédits d’ici le 31 octobre 2020.

Prix de la nouvelle inscrivez-vous maintenant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !