•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation de 200 hôteliers au bord du gouffre financier

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Manifestants avec des oreillers.

Une manifestation des hôteliers de Québec a lieu mardi matin, devant l'Assemblée nationale.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

Environ 200 hôteliers de Québec ont manifesté mardi devant l’Assemblée nationale pour réclamer une aide gouvernementale leur permettant de pallier la « catastrophe » économique qu’ils vivent depuis le début de la deuxième vague.

Les manifestants membres de l’Association hôtelière de la région de Québec (AHRQ) sont allés déposer des oreillers sur les terrains de l'Assemblée nationale. Ils veulent signifier que leur industrie est tout près de son dernier repos.

Le taux d’occupation frôle 0 % dans leurs établissements. L'industrie vit sous respirateur artificiel depuis le mois de mars. La fermeture des frontières, l'absence des croisières et les restrictions imposées en zone rouge ont des conséquences désastreuses.

Plus de 20 hôtels de la région de Québec ont déjà fermé leurs portes pour une durée indéterminée depuis le début de la deuxième vague. Le Capitole Hôtel, l’Hôtel Clarendon et le Manoir du Lac Delage figurent parmi les établissements les plus connus.

Si rien ne bouge, il pourrait y avoir 80 fermetures d'ici la fin de l'année, soit le tiers des établissements de la région.

Des hôteliers ont déposé des oreillers devant l'Assemblée nationale en signe de mécontentement.

Des hôteliers ont déposé des oreillers devant l'Assemblée nationale en signe de mécontentement.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Les comptes de taxes font mal

Signe que la situation s'aggrave, plusieurs hôteliers confirment retarder le paiement de leur dernier compte de taxes. La Ville de Québec a repoussé les dates de paiement pour aider les contribuables. Le dernier prélèvement doit se faire en novembre.

Plusieurs hôtels sont en retard, déplore Chantal Nadeau, vice-présidente de l'AHRQ. Ce n'est pas notre devoir de bon citoyen corporatif de ne pas payer nos taxes, ce n'est jamais arrivé, ajoute la copropriétaire de deux établissements dans l'arrondissement Sainte-Foy.

On n'a pas tout payé. On a payé le premier trimestre, puisqu'on avait fait une bonne année en 2019. Mais là, clairement, on a mis un "hold" sur tout paiement de taxes.

Olivier Donzelot, propriétaire, Château Fleur de Lys

La directrice générale de l'AHRQ estime que le gel de taxes annoncé par l'administration Labeaume pour l'an prochain constitue trop peu trop tard. On va déjà avoir perdu neuf mois d'opération, explique Marjolaine de Sa.

Bien qu'elle reconnaisse que les villes font face à des défis économiques, elle rappelle qu'elles ont reçu une aide importante des gouvernements et qu'il faudrait qu'elle soit utilisée pour aider l'industrie hôtelière, qui a toujours été là pour elles.

Rencontre

La ministre du Tourisme affirme être sensible aux revendications de l'industrie. Une rencontre est d'ailleurs prévue cette semaine pour discuter de ses enjeux.

Par courriel, la ministre Caroline Proulx rappelle que des discussions sont en cours pour apporter des ajustements aux programmes d'aide actuels.

Une femme serre un oreiller contre elle dans une foule alors qu'une autre brandit une affiche sur laquelle on peut lire « Pas d'aide = faillites ».

Plusieurs manifestants craignent la faillite.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Selon l'Association hôtelière de la région de Québec, les programmes d'aide ne répondent pas aux besoins des plus petits joueurs de cette industrie.

À Québec, 85 % des hôteliers sont à la tête d'une entreprise familiale. Pour obtenir un prêt du gouvernement, ils doivent recevoir l'appui de leur institution financière.

Il faut convaincre notre banquier qu'on va le rembourser dans 18 mois, expose Marjolaine de Sa. Avec les revenus que nous avons présentement, les banquiers refusent purement et simplement de nous prêter.

En 2020, les établissements d’hébergement de la région de Québec s’attendent à un taux d’occupation moyen de 19 %, alors que celui-ci oscillait autour de 70 % au cours des années précédentes, selon l'AHRQ.

Un panneau indique que le port du masque est obligatoire.

Le masque est désormais obligatoire dans les manifestations.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !