•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trente-sept entraîneurs de sport électronique sanctionnés pour tricherie

Plusieurs athlètes de sport électronique sont assis devant des écrans d'ordinateur.

Trente-sept entraîneurs ont été sanctionnés par l'Esports Integrity Commission (ESIC).

Photo : ESL / Adela Sznajder

Agence France-Presse

Avec la folle croissance du sport électronique ces dernières années et les sommes mirobolantes désormais en jeu, la lutte contre la triche est devenue un défi majeur pour les différents acteurs du secteur, déterminés à assurer l'intégrité des compétitions.

À la fin de septembre, un vaste scandale de triche a éclaboussé des tournois de Counter Strike, l'un des jeux vidéo les plus populaires dans l'univers des sports électroniques.

Très dynamique et spectaculaire, Counter Strike est un jeu de tir à la première personne. Comprenez : l'écran de l'ordinateur affiche un paysage similaire à celui que verrait un être humain en immersion dans le décor en 3D du jeu. En 20 ans d'existence, le jeu édité par Valve n'a jamais vu sa popularité flancher.

Objectif d'une partie disputée à cinq contre cinq : faire exploser une bombe ou tuer la totalité de ses adversaires avant la fin d'un round de deux minutes. La stratégie d'équipe joue un rôle très important, tout comme l'agilité et la rapidité d'exécution, et le public est soumis à des montagnes russes d'émotions.

Trente-sept entraîneurs ont été sanctionnés par l'Esports Integrity Commission (ESIC), un organisme indépendant qui se consacre aux questions d'éthique dans le sport électronique. Leur tort : avoir profité d'un bogue dans le jeu pour divulguer des informations stratégiques à leurs joueurs et joueuses pendant les matches.

Jusqu'à trois ans de suspension

Les entraîneurs, à la tête d'équipes professionnelles, semi-professionnelles ou amateurs, ont écopé de suspensions allant de quelques mois à trois ans.

Ces annonces drastiques ont eu des conséquences immédiates sur la scène Counter Strike, et certaines équipes se sont aussitôt séparées de leur entraîneur.

[Je présente] mes excuses les plus sincères aux adversaires affectés par mon erreur. Mon erreur de jugement a pu avoir des conséquences sur votre carrière, et c'est quelque chose que je ne pourrai jamais retirer et que je regrette au plus haut point, a écrit sur Twitter Allan Rejin Petersen, l'entraîneur licencié par l'équipe allemande.

Cette affaire, qui concerne des compétitions remontant jusqu'en 2016, n'est ni la première ni la dernière à ébranler le sport électronique, un secteur passé en quelques années d'un loisir de niche à une industrie majeure.

Régulièrement, des joueuses et joueurs sont exclus de compétitions, suspendus, voire bannis à vie, pour avoir cédé à la tentation de la victoire facile.

Pourquoi il y a de la triche dans le sport électronique? C'est parce que les enjeux sont devenus colossaux, explique à l'AFP Désiré Koussawo, directeur général de la branche française de l'ESL, l'un des principaux organisateurs d'événements de sport électronique.

Quand on sait qu'on peut aujourd'hui gagner des millions de dollars en remportant une compétition, forcément, les équipes, les joueurs, peuvent être plus tentés d'utiliser des manières détournées de gagner, poursuit-il.

Une pratique bien connue

Avant les qualifications pour la Coupe du monde de Fortnite l'an dernier, plus de 1200 comptes avaient ainsi été suspendus pour tricherie.

Il y a peu de données empiriques ou de statistiques concernant la triche. En revanche, il y a depuis de longues années des témoignages de joueurs qui se plaignent, explique Nicolas Besombes, sociologue du sport électronique.

Car la triche n'est pas récente dans le monde du jeu vidéo : des logiciels de triche développés par des pirates circulent depuis longtemps sous le manteau.

Les moyens de tricher sont multiples, que ce soit à l'aide d'aimbots, ces programmes d'aide à la visée qui permettent de tirer sur ses adversaires plus facilement, les wallhacks, qui permettent de voir les adversaires à travers les murs, ou encore les scripts, des macros qui exécutent des commandes automatiquement.

D'année en année, on a su s'adapter et élever le niveau de sécurité de nos PC et de nos configurations pour éviter ce genre de choses. Mais les gens sont très inventifs.

Désiré Koussawo, directeur général de la branche française de l'ESL

En 2018, l'équipe péruvienne Thunder Predator avait par exemple été éjectée des phases de qualifications de The International, un prestigieux tournoi de Dota 2, car l'un de ses joueurs avait utilisé une souris programmable qui lui donnait un avantage déloyal dans le jeu.

La traque aux tricheurs et tricheuses est donc devenue une activité à plein temps pour les équipes organisatrices d'événements et les éditeurs de jeux. Nous pensons qu'il est dans l'intérêt à long terme du sport électronique que les atteintes à l'intégrité soient traitées de front, a déclaré l'ESIC au moment des récentes révélations de triche sur Counter Strike.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !