•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les limites d’entrée australiennes forcent des citoyens à rester à l’étranger

Un homme et une femme portent chacun un chien devant une clôture.

Greg et Georgia King ont été capables d'obtenir des places pour leurs chiens sur un vol nolisé vers l'Australie, mais ils sont toujours coincés au Canada en attendant de pouvoir eux-mêmes retourner chez eux.

Photo : Radio-Canada / Helen Pike

Radio-Canada

Les règles strictes qui entourent l’arrivée de voyageurs en Australie, dont la limite du nombre d’entrées au pays, laissent près de 38 200 des citoyens de ce pays errer de par le monde, dont environ 640 au Canada, selon le gouvernement australien.

Seules quelques centaines de passagers ont le droit d’atterrir aux terminaux des aéroports australiens chaque semaine afin d’éviter de surcharger les hôtels de quarantaine.

Plusieurs transporteurs aériens, dont Air Canada, ont donc été contraints d’annuler des vols au cours des derniers mois.

Parmi les Australiens qui espèrent pouvoir s’envoler bientôt, il y a Georgia et Greg King. Après l’annulation de plusieurs des vols qu’ils espéraient prendre pour retourner chez eux, ils verront probablement leurs chiens quitter le Canada avant eux pour regagner leur pays.

Si toutes leurs tentatives d’achat de billet ont échoué, les King ont eu plus de succès pour trouver deux places pour leurs chiens sur un vol de rapatriement d’animaux de compagnie.

Il y a un vol nolisé pour permettre aux animaux coincés au Canada de retourner en Australie, explique Greg King.

Nous n’avions jamais pensé que le défi serait de trouver un vol pour nous-mêmes. Malheureusement, ils s’en vont le 5 novembre, alors que nous, nous sommes échoués ici, à essayer de trouver un moyen de rentrer nous aussi.

M. King dit être en contact avec le gouvernement australien et le consulat du pays à Vancouver. Le couple a même tenté de passer par les États-Unis, mais sans succès.

Gagnés par l’anxiété

Les deux jeunes mariés continuent de travailler dans un magasin de Banff, en Alberta, mais espèrent pouvoir retourner en Australie pour fonder une famille et renouer avec leurs anciennes carrières.

On essaie d’en tirer profit, mais on devient anxieux à se demander quand on pourra retourner, note Georgia King.

Banff reste une destination de prédilection pour les Australiens, notamment à cause du programme de permis de travail d’Expérience internationale Canada.

Jessie Bellamy était aussi venue travailler à Banff. Elle a demandé sa résidence permanente, mais celle-ci lui a été refusée parce qu’elle travaille dans l’hôtellerie, un domaine rendu incertain par la pandémie.

Son visa est sur le point d’expirer, mais son vol vers l’Australie sur Air Canada a été repoussé une fois, puis une deuxième fois, avant d’être annulé par la compagnie aérienne.

Je suis frustrée et confuse, s’exclame-t-elle.

Jessie Bellamy et les King disent avoir reçu un crédit d’Air Canada pour les vols annulés, mais pas de remboursement. L’entreprise n’a pas répondu à une demande de commentaire de CBC.

Ce retard me force à puiser dans mes économies, au point où je ne sais pas si j’aurai ce qu’il faut pour retourner à la maison, confie Mme Bellamy.

Pas de vols directs

Selon le Haut-commissariat de l’Australie au Canada, il n’y a aucun vol direct du Canada vers l’Australie en ce moment.

Certains vols partent toutefois des États-Unis et quelques itinéraires passent par le Moyen-Orient. Les liaisons avec correspondances posent toutefois certains risques de changements de dernière minute ou d’annulation de vols à cause des limites d’admission australiennes.

Il y a beaucoup de frustration, on se sent abandonnés, souligne Greg King.

Un porte-parole du ministère australien des Affaires étrangères soutient que les services consulaires font tout en leur pouvoir pour soutenir les citoyens qui subissent les effets de la pandémie à l’étranger.

On reconnaît que la limite d’admission peut être frustrante pour les Australiens qui veulent revenir, mais celle-ci est nécessaire pour préserver l’intégrité du système de quarantaine et assurer la sécurité du pays, ajoute le porte-parole.

Le gouvernement australien invite ses citoyens coincés à l’étranger à s’inscrire auprès du consulat ou du haut-commissariat le plus proche afin de permettre aux autorités d’évaluer le nombre de personnes qui essaient de rentrer au pays.

Le gouvernement ajoute avoir bonifié son programme d’aide financière afin de permettre à ceux qui sont à l’étranger de trouver un toit ou d’acheter des billets d’avion.

Avec les informations de Sarah Rieger et Helen Pike

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !