•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport en commun : un nouveau plan favorise le centre-ville au détriment de Transcona

Un plan montrant des bâtiments et des voies réservées pour les autobus.

Le plan directeur propose de faire de la gare Union le noyau central des corridors de transport en commun aménagés dans le centre-ville.

Photo : Winnipeg Transit

Radio-Canada

L'aménagement d’un corridor de transport rapide entre Transcona et le centre-ville n’est plus aussi prioritaire pour la Ville de Winnipeg, qui veut maintenant aménager des voies réservées pour les autobus dans les rues les plus achalandées du centre-ville.

La semaine dernière, la Ville a publié sur son site Internet une ébauche de plan directeur du transport en commun (Nouvelle fenêtre) et demande l’opinion de la population de Winnipeg pendant qu’elle travaille à son élaboration.

Ce plan recommande que des voies réservées soient aménagées sur des sections de la rue Main, de l'avenue Portage et du chemin St. Mary’s, quand la Ville en aura les moyens financiers.

Selon ce plan, un corridor serait construit rue Main du nord vers le sud, soit de l’angle de la rue Main et de l’avenue Higgins vers le croisement du chemin St. Mary’s et de l'avenue Taché. Une partie de ce corridor passerait au-dessus de la voie du CN à l’est de la rue Main et se brancherait au corridor sud-ouest de Transit près de l’avenue Stradbrook.

Un deuxième corridor serait aménagé le long de l'avenue Portage, entre la rue Westbrook et l’Université de Winnipeg.

Cela donnerait aux autobus leur propre espace, explique le planificateur principal de Transit, Kevin Sturgeon. Les autobus ne seraient plus dans le chemin des voitures, et les voitures ne seraient plus dans le chemin des autobus.

La gare Union, un édifice du début des années 1910 au centre-ville de Winnipeg.

La gare Union, ouverte en 1911, deviendrait le noyau central de toutes ces nouvelles lignes rapides de Winnipeg Transit.

Photo : Radio-Canada / Bartley Kives

Faire de la gare le noyau central des nouveaux corridors

Ces corridors prendraient la forme de voies réservées pour les autobus, qui auraient la priorité de virage aux intersections. La voie surélevée de la rue Main donnerait dans la gare Union, qui deviendrait le noyau central de toutes les nouvelles lignes rapides de Winnipeg Transit.

Les gens l’ont suggéré à de nombreuses reprises. Nous n’avons pas posé de questions à ce sujet auparavant, mais beaucoup de personnes en ont parlé d’elles-mêmes, explique Kevin Sturgeon, au sujet de l'engagement du public dans l’élaboration du nouveau plan directeur.

Nous avons depuis longtemps une entente avec le CN et VIA Rail qui nous permet d'utiliser cet espace si nous le voulons, ajoute-t-il. Alors quand nous avons compris qu’il y avait de l’appui, nous avons recommandé d’aller de l’avant avec cette idée.

L’entente avec le CN permet à la Ville d'utiliser les voies existantes 1 et 2, sur lesquelles se trouve en ce moment le Musée du rail de Winnipeg.

La gare servirait aussi de point d’entrée au futur développement résidentiel et commercial RailSide de la Fourche.

Selon le directeur général de la Fourche, Paul Jourdan, cela a toujours été une bonne idée. Il faut juste que quelqu’un le fasse, dit-il.

Il n’y a pas d’échéancier pour la construction d’un nouveau corridor de transport rapide dans le centre-ville ni pour aucune autre infrastructure de transport rapide.

Ce n’est pas notre rôle, dit Kevin Sturgeon, qui précise qu’il revient au conseil municipal de décider s’il veut réaliser ces projets.

Deuxième et troisième phases

Les planificateurs recommandent une deuxième phase d’aménagement, après les travaux au centre-ville.

Cette phase comprend la continuation du corridor de la rue Main en direction du boulevard Inkster, qui serait alors branché au corridor rapide du sud-ouest, à partir du campus Fort Garry de l’Université du Manitoba jusqu’au centre commercial Saint-Vital.

Le projet comprend la construction d’un nouveau pont sur la rivière Rouge, qui a pour effet d’étendre la station Jubilee et de convertir en voies pour autobus l’avenue Sutherland dans Point Douglas.

Une troisième phase verrait le corridor rapide du sud-est s'allonger vers le centre Saint-Vital, et le corridor nord, se rendre jusqu’à l’avenue Fernback. Cette phase comprend un corridor dans l’avenue Grant, qui irait du chemin Pembina vers la promenade William Clement, et qui continuera le long de la rue Moray et du chemin Sturgeon.

Transcona n'est plus prioritaire

Jusqu’ici, la priorité devait être l’aménagement d’un corridor de transport en commun entre le centre-ville et le quartier de Transcona, une fois la deuxième phase du corridor rapide du sud-ouest terminée.

Un plan de corridors surélevés pour le transport rapide au centre-ville de Winnipeg.

L'aménagement d’un corridor de transport rapide au centre-ville de Winnipeg prévoit un corridor surélevé pour permettre aux autobus de contourner l'intersection de l'avenue Stradbrook et de la rue Main.

Photo : Winnipeg Transit

Dans le nouveau plan directeur, cet aménagement est maintenant la dernière des priorités. Il nécessite l’aménagement de voies réservées, avenue Nairn, un nouveau pont pour autobus au-dessus de la voie du CN et un viaduc à la hauteur du boulevard Lagimodière.

L’expansion du corridor ouest entre l’Université de Winnipeg et Unicity est elle aussi un projet qui n’est plus aussi prioritaire dans le nouveau plan.

Kevin Sturgeon dit ne pas avoir de coûts estimatifs pour chacun de ces projets. Winnipeg Transit fournira une estimation avant que la version finale du plan soit présentée au conseil municipal le printemps prochain.

La conseillère de Fort Rouge-East Fort Garry, Sherri Rollins, dit qu’elle aime le plan parce qu’il se concentre sur les façons d’amener les gens au centre-ville ou de les en faire sortir.

Toutefois, pour le moment, dit-elle, Winnipeg a d’autres urgences à régler.

Pendant la pandémie, la planification budgétaire du transport en commun s’est complexifiée, dit-elle en parlant de l’achalandage dans les autobus et de son impact financier. J’essaie encore d’espérer pour le mieux mais je me prépare au pire.

66 millions de dollars prévus pour le Manitoba

Au courant de cette année, les gouvernements provincial et fédéral se sont engagés à contribuer pour 66 millions de dollars pour le transport en commun au Manitoba. La province a demandé aux villes de Winnipeg, de Brandon, de Thompson, de Flin Flon et de Selkirk de lui fournir des données qui l’aideront à décider comment cet argent sera dépensé.

Nous élaborons en ce moment la formule de financement qui permettra d’allouer ces fonds, indique la ministre des Relations municipales, Rochelle Squires, dans une déclaration écrite. Le gouvernement du Manitoba va tenir compte de plusieurs facteurs, dont les pertes prévues comparées aux pertes avant la pandémie, ainsi que l’achalandage.

Le maire, Brian Bowman, n’était pas disponible pour une entrevue lundi.

Avec des informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !