•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie Paule Ehoussou est la nouvelle présidente de l’Association étudiante de l’USB

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le visage de Marie Paule Ehoussou

Marie Paule Ehoussou est originaire de la Côte d’Ivoire, elle est arrivée au Manitoba en décembre 2017 et fait un baccalauréat en commerce international et psychologie.

Photo : Fournie par Marie Paule Ehoussou

Marie Paule Ehoussou a été élue présidente de l’Association étudiante de l’Université de Saint-Boniface lors de l’assemblée générale annuelle qui a finalement eu lieu vendredi soir après avoir été reportée en raison de la pandémie.

Celle qui occupait précédemment le poste de vice-présidente aux affaires externes affirme vouloir travailler pour la réduction des droits de scolarité des étudiants et souhaite également se pencher sur la question de l’assurance maladie pour les étudiants internationaux.

La nouvelle présidente souligne que la pandémie a des conséquences financières sur l’ensemble de la population estudiantine. Elle croit notamment qu'en raison du passage vers les cours à distance, les droits de scolarité n’auraient pas dû augmenter cette année.

L’augmentation a été faite à notre grande surprise, c’est choquant et stressant, dit-elle.

La meilleure solution dans l’immédiat ce serait que les frais de scolarité baissent, mais on sait que ce n’est pas possible, ajoute-t-elle.

Marie Paule Ehoussou dit qu’elle envisage à court terme d’entreprendre des démarches administratives afin que la direction de l’université mette en place des modalités de paiement qui permettraient aux étudiants de payer leurs droits de scolarité de manière échelonnée.

Elle explique que dans les politiques actuelles de l’université les délais de paiement offert aux étudiants sont courts et ne tiennent pas compte des défis auxquels font face ces derniers.

Lorsque tu t’inscris pour une session, un mois et demi après l’inscription aux cours, les frais de scolarité complets doivent être soldés, sinon les pénalités s’ajoutent, déplore-t-elle, en précisant que tout étudiant qui omet ce paiement risque d’être retiré des cours et pourrait ne plus bénéficier des services.

En ce qui concerne l’assurance maladie pour les étudiants internationaux, Marie Paule Ehoussou souligne qu’il est important pour son équipe et elle de se pencher sur la question afin de trouver des solutions pour alléger le stress de cette population estudiantine.

D’après elle, en plus des droits de scolarité élevés en ces temps de pandémie, les étudiants internationaux vivent un second stress lié au fait qu’ils ne bénéficient pas de l’assurance maladie de la province.

En 2018, le gouvernement Pallister a aboli l’assurance maladie pour les étudiants étrangers au Manitoba. Ce programme d’assurance avait été mis en place par l’ancien gouvernement néo-démocrate en avril 2012.

En abolissant le programme, le gouvernement estimait pouvoir économiser 3,1 millions de dollars.

Marie Paule Ehoussou, qui est également commissaire pour les droits des étudiants internationaux à la Fédération canadienne des étudiants et étudiantes (FCEE), dit qu’elle est mieux placée pour comprendre les défis de cette population.

Je vis tout ça au quotidien, je sens les impacts autour de nous et sur moi-même. Alors je suis très à l’aise de parler de ça, dit-elle.

Elle indique que les autres membres de son bureau et elle tiendront des rencontres dans les jours à venir pour définir leur stratégie pour ce mandat.

La nouvelle présidente précise qu’elle continuera également à organiser des rencontres régulières avec les étudiants dans son ancien poste afin d’inclure ces derniers dans la gestion des affaires de l’Université.

Je veux savoir ce qu’ils pensent et ce qu’ils veulent, dit-elle.

Marie Paule Ehoussou est originaire de la Côte d’Ivoire. Elle est arrivée au Manitoba en décembre 2017 et prépare un baccalauréat en commerce international et psychologie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !