•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des contrôles routiers entre Ottawa et Gatineau « dans les prochains jours », dit le ministre Dubé

Christian Dubé lors d'une conférence de presse.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé. (archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La police procédera à des contrôles routiers « dans les prochains jours » sur les ponts interprovinciaux entre Gatineau et Ottawa pour rappeler aux gens de limiter les déplacements non essentiels, a confirmé samedi le ministre Christian Dubé, en entrevue au Téléjournal Ottawa-Gatineau, peu après que son ministère a annoncé qu'une partie de la région de l’Outaouais passait au rouge.

Je n’appellerai pas ça des barrages, je parlerai plus de contrôles parce qu’on a vu que souvent les gens vont l’oublier. On n’est pas là pour donner des contraventions, ce n'est pas notre objectif, a lancé le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé.

Ces contrôles devraient permettre aux policiers de rappeler aux gens de limiter les déplacements non essentiels, a-t-il souligné.

Le gouvernement souhaite ainsi voir comment les gens réagissent à la nouvelle.

Il faut que les gens comprennent que c’est pour le bien qu’on fait ça, qu’on veut vraiment arrêter cette tendance-là.

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Plus tôt dans la journée de samedi, le ministère de la Santé avait annoncé que la Ville de Gatineau et la MRC des Collines-de-l'Outaouais passaient au palier rouge, soit l'alerte maximale.

Une filée de voitures de gens qui tentent de traverser la rivière des Outaouais.

Les policiers contrôlaient les déplacements en Outaouais lors de la première vague de COVID-19 au printemps dernier. (archives)

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Un ajustement avec Ottawa

Vendredi, le gouvernement de Doug Ford avait annoncé la fermeture des gyms, cinémas et salles à manger des restaurants à Ottawa, Toronto et dans la région de Peel pour une période de 28 jours, à compter de samedi.

C’est un des facteurs qu’on a pris en considération, a admis le ministre qui dit travailler en collaboration avec la ministre de la Santé de la province voisine, Christine Elliott. On s’était dit qu’on s’ajusterait au fur et à mesure, a-t-il raconté.

Rappelons que le directeur national de santé publique Horacio Arruda avait expliqué en point de presse jeudi surveiller de près la région.

C’est clair qu’on a une préoccupation très particulière entre la mixité de la population entre Ottawa et Gatineau, avait-il dit en compagnie du ministre Dubé.

Il avait également indiqué ne pas vouloir déplacer un problème si l’une ou l’autre des provinces adoptait des mesures plus strictes. En effet, cela aurait incité des gens à traverser la rivière des Outaouais pour profiter d'activités qu'ils n'auraient pas pu faire dans leur ville.

De plus, l’augmentation du nombre de cas dans la région au cours des derniers jours a aussi poussé la santé publique à prendre cette décision. Il y avait une augmentation des cas chaque jour. […] Ce qui est important, c’est non seulement le nombre de cas, mais la tendance. Et la tendance est à la hausse, a expliqué M. Dubé.

Faire passer le message

De son côté, la mairesse de Chelsea, Caryl Green, a accueilli favorablement le passage au rouge de la MRC des Collines-de-l’Outaouais. D’être dans un palier rouge, ça va passer le message qu’il faut limiter les déplacements et c’est seulement pour les services essentiels, dit-elle.

La MRC de la Vallée-de-la-Gatineau toujours en orange

Il va falloir qu’on se serre les coudes, tout l’Outaouais ensemble, a admis pour sa part la préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau. Dans la Vallée-de-la-Gatineau, on a très peu de cas depuis le début. Jusqu’à hier, on avait zéro cas actif, a souligné Chantal Lamarche.

Chantal Lamarche en entrevue à Radio-Canada

Chantal Lamarche souhaitait que le gouvernement donne la possibilité à certaines MRC de ne pas être englobées dans la zone rouge. (archives)

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

La MRC, qui compte 17 municipalités et 5 territoires non organisés, est toujours au niveau d’alerte orange.

Il y a des règles à suivre en zone orange, il va falloir les appliquer très très sévèrement pour se conserver. Si on veut que tout ça arrête, il faut absolument faire des efforts importants, a-t-elle ajouté.

À l’heure actuelle, on ignore combien de temps ces restrictions seront en vigueur dans la région. Le ministre espère toutefois que la situation va s’améliorer d’ici la fin du mois. Dépendamment de nos résultats, on révisera, a-t-il conclu.

Avec les informations de Jean-François Poudrier, Daniel Bouchard et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !