•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Erin O’Toole veut 30 députés conservateurs au Québec

Sur 78 sièges au Québec, le Parti conservateur n’en a obtenu que 10 lors du scrutin de 2019.

Plan rapproché d'Erin O'Toole.

Erin O'Toole voit grand au Québec pour les prochaines élections

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Thomas Laberge

Erin O’Toole a été le seul candidat de la course à la chefferie du Parti conservateur à proposer une plateforme spécifique pour le Québec. Une stratégie qui a visiblement porté ses fruits : le nouveau chef a réussi à faire le plein de votes dans la province francophone.

Il veut maintenant que cet appui se transforme en députés.  On va gagner 30 sièges lors de la prochaine élection et on a un plan pour ça, a affirmé Erin O’Toole en entrevue aux Coulisses du pouvoir.

Un défi de taille pour le successeur d’Andrew Scheer. Sur 78 sièges au Québec, le Parti conservateur n’en a obtenu que 10 lors du scrutin de 2019. Erin O’Toole pense toutefois que sa façon de faire pourra séduire les Québécois.

Comme premier ministre, je vais donner plus d'autonomie en culture, en immigration, et je vais avoir une approche qui respecte les champs de compétences [des provinces], a-t-il expliqué.

Erin O'Toole et François Legault debout avec un drapeau du Canada et du Québec en arrière-plan.

Erin O'Toole a rencontré le premier ministre François Legault en septembre pour discuter des préoccupations du Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Erin O’Toole veut aussi attirer des candidatures de haut calibre au Québec. Une tâche qui incombera d’ailleurs à son nouveau lieutenant québécois, le député de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, qui a remplacé Alain Rayes.

Le chef conservateur a d’ailleurs rappelé qu’il était en faveur du gazoduc de GNL Québec au Saguenay et des projets de mines en Abitibi-Témiscamingue.

C'est important de respecter la liberté d'expression

Lors de la dernière élection, la question de l’avortement a miné la campagne d’Andrew Scheer — qui est anti-avortement — au Québec. S’affichant pro-choix, Erin O’Toole a affirmé qu’il laissera ses députés voter selon leurs convictions.

Je vais avoir une approche qui respecte les droits des femmes et de la communauté LGBTQ. Pour des projets de loi comme ceux-là, il va y avoir des votes libres.

Une citation de :Erin O'Toole, chef du Parti conservateur du Canada

Même chose pour ce qui est du projet de loi pour interdire les thérapies de conversion qui a été déposé par le gouvernement Trudeau au début du mois d’octobre.

Je m’oppose aux thérapies de conversion. C’est totalement injuste, selon moi, et j'ai un bilan clair sur les droits des personnes de la communauté LGBTQ. Mais il est important pour notre parti de respecter la liberté d'expression, a-t-il nuancé.

Quant à savoir si son refus d’imposer une ligne de parti sur ces sujets pourrait rebuter les électeurs plus progressistes, le chef conservateur se montre confiant.

Je pense que non. On va avoir des débats en respectant tous les Canadiens.

L’intégrale de l’entrevue avec Erin O’Toole sera présentée dans l’émission Les Coulisses du pouvoir à 11 h HAE sur ICI RDI et ICI TÉLÉ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !