•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé publique « n’a pas d’explication » pour les nombreux cas de COVID-19 en Gaspésie

Gros plan sur des mains gantées qui tiennent du matériel médical.

La Gaspésie compte près de 550 cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie (archives).

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Lors d’un bilan avec des journalistes vendredi, la santé publique régionale de la Gaspésie n’a pu fournir d’explication pour les nombreux cas récents de COVID-19 dans le sud de la région.

Avec près de 550 cas depuis le début de la pandémie, la Gaspésie compte plus de personnes infectées par le SRAS-CoV-2 que dans les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Côte-Nord mises ensemble.

La MRC d’Avignon est particulièrement touchée avec un total de 301 cas.

On remarque qu’il y a quatre grosses éclosions très concentrées, a avancé le directeur régional de la santé publique Dr Yv Bonnier Viger. Mais je n’ai pas d’explication autre qu’on fait face à un virus qui se comporte différemment que l’influenza.

Le Dr Bonnier-Viger estime également qu’un certain relâchement quant au respect des mesures sanitaires cet été est certainement un facteur qui peut expliquer la récente hausse de cas dans la région.

La santé publique se réconforte toutefois en observant qu’un plateau a été atteint depuis quelques jours, alors que les nouveaux cas quotidiens se maintiennent dans la vingtaine.

On a grand espoir que les mesures mises en place portent fruit, croit le directeur régional de la santé publique qui a confirmé qu’il attendrait une semaine de plus avant d’envisager de faire baisser le niveau d’alerte dans certaines municipalités gaspésiennes.

Yv Bonnier-Viger lors d'un entretien sur Skype.

Le directeur de la Santé publique pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, Yv Bonnier-Viger (archives).

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran Skype

Il faut laisser un peu de temps aux mesures pour qu’elles aient leur effet, a-t-il ajouté, espérant voir sous peu le plateau du nombre de cas devenir une pente descendante.

On fait face à un virus qui laisse définitivement peu de place à l’erreur.

Dr Yv Bonnier Viger

Pas de contrôles policiers pour l’instant

Questionné quant à la possibilité de voir apparaître des contrôles policiers comme dans d’autres régions du Québec, le directeur régional de la santé publique affirme que cette option serait moins pertinente considérant la situation de la Gaspésie.

Supposons que notre région revienne au orange ou même au jaune et que nous serions entourés de régions rouges, ce sera alors à considérer, a-t-il expliqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !