•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa investit dans la lutte contre le dendroctone du pin en Alberta

La tête d'un dendroctone du pin.

Le dendroctone du pin un coléoptère qui cause des ravages dans les forêts de l'ouest canadien.

Photo : Ministère des Forêt de la Colombie-Britannique / Ward Strong

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral investira 68,4 millions de dollars sur trois ans dans la lutte contre le dendroctone du pin au pays. Cette année, 24 millions de dollars serviront à combattre l'infestation de dendroctones du pin en Alberta et dans les parcs nationaux des Rocheuses. Une experte de ce fléau estime, cependant, que ce montant est insuffisant face à l'ampleur du problème.

La province a investi des centaines de millions de dollars depuis la première éclosion en Alberta, indique Janice Cooke, professeure en sciences biologiques à l'Université de l'Alberta et experte en dendroctone du pin.

Elle estime que l'aide d'Ottawa ne suffira pas pour donner des résultats concluants.

24 millions de dollars peuvent être dépensés très rapidement.

Janice Cooke, professeure en sciences biologiques, Université de l'Alberta

Problème fédéral, selon l'experte

L'Alberta a choisi de miser sur la surveillance aérienne pour ralentir la propagation du dendroctone du pin, selon Mme Cooke. En fonction des endroits infestés et du nombre d'arbres touchés, explique-t-elle, la province déploie des équipes durant l'hiver pour abattre les arbres, un à un, avant de les brûler sur place et ainsi éviter davantage de dommages.

C'est un moyen de lutte efficace, dit-elle, mais très coûteux qui oblige la province à déterminer ses priorités en fonction des fonds disponibles. Nous ne parlons pas de la suppression de larges étendues, mais d’une démarche ciblée des arbres infestés. C’est une opération très chère, insiste-t-elle.

Le dendroctone du pin n’est pas seulement un problème régional, mais un problème fédéral qui peut avoir des répercussions sur tous les Canadiens.

Janice Cooke, professeure en sciences biologiques, Université de l'Alberta

Facture qui ne cesse de grimper

Nous voulons préserver la santé de nos forêts pour les générations à venir, indique le ministre des Ressources naturelles du Canada, Seamus O'Regan, dans un communiqué.

En protégeant le Canada contre le dendroctone du pin ponderosa, nous protégeons le secteur forestier canadien, l'habitat faunique et la qualité de l'eau, tout en contribuant à atténuer les effets des changements climatiques, ajoute-t-il.

Jeudi, le ministre de l'Agriculture et des Forêts de l'Alberta, Devin Dreeshen a dit être heureux que le fédéral ait répondu à l'appel pour faire face à cette situation urgente.

Il souligne que, depuis 2004, l’Alberta a investi plus de 560 millions de dollars pour lutter contre cet insecte ravageur qui continue de représenter une menace pour les pins des forêts de l'Alberta, dont la valeur est estimée à 11 milliards de dollars.

De son côté, le président de l'Association Alberta Forest Products, Jason Krips, estime que ce coup de pouce permettra de sauver des emplois dans le secteur forestier. Cet insecte constitue une menace pour l'environnement et les emplois en Alberta et dans l'ensemble du Canada, a-t-il dit.

Répartition de l'investissement du fédéral

  • 60 millions de dollars au gouvernement de l'Alberta pour des travaux de recherche et de gestion des forêts
  • 6,9 millions de dollars à Parcs Canada pour atténuer les effets du dendroctone du pin ponderosa, y compris les risques de feux de forêt dans les parcs nationaux des Rocheuses
  • 1,5 million de dollars à Ressources naturelles Canada pour renforcer son programme de recherche principal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !