•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

COVID-19 : le point sur les données utilisées au Québec

François Legault en conférence de presse.

François Legault n'a pas apprécié le reportage de Gérald Fillion. Le premier ministre donne des chiffres qui sont justes et exacts, mais ceux que nous donnons sont justes et exacts également.

Photo : Radio-Canada

François Legault a cru bon m’interpeller en point de presse vendredi matin après m’avoir écrit personnellement jeudi soir. Voici ma réponse.

Le premier ministre du Québec affirme qu’il faut regarder le portrait global des cas et des décès de la COVID-19 pour faire des comparaisons avec les États voisins et les provinces canadiennes. Il évacue, par ce choix qu’il fait, de jeter un regard sur les tendances actuelles qui montrent clairement une détérioration plus grave de la situation au Québec par rapport à nos voisins.

En point de presse vendredi matin, François Legault dit avoir discuté avec moi jeudi soir jusqu’à 22 h 30 des chiffres que nous avons employés à notre antenne jeudi. Je confirme avoir eu cet échange en messages privés sur Twitter entre 22 h 14 et 22 h 48. J’ai conclu la discussion en lui proposant de venir en parler à Zone économie, une proposition qui est restée sans réponse.

Le premier ministre m’a dit qu’il n’a pas apprécié mon reportage, ce qu’il a répété vendredi matin. Il m’a donné les statistiques sur les cas de COVID-19 et les décès liés à la maladie depuis le début de la pandémie en comparaison avec plusieurs États américains.

Le premier ministre donne des chiffres qui sont justes et exacts. Mais ceux que nous donnons sont justes et exacts également, sans égard aucun à l’appréciation ou non du premier ministre. La réalité, c’est que notre tendance actuelle est pire que nos voisins, et les données le confirment.

Je n’ai pas choisi une semaine au hasard, comme l’a dit François Legault. Nous ne sommes pas non plus à choisir des semaines, comme il l’affirme. Et je ne m’intéresse pas qu’à une seule journée, comme me l’a écrit le premier ministre jeudi soir.

Ce qui m’intéresse, et ce qui nous intéresse à Zone économie et à Radio-Canada, ce sont les faits, les tendances, on cherche, avec les données, à donner une explication éclairante.

Ainsi, voici les données pour le Québec et les États voisins et l’Ontario – moyenne sur 7 jours – au cours des 5 dernières semaines.


Ces données nous montrent deux choses en termes de tendance :

  • une très forte hausse du nombre de cas au Québec au cours des dernières semaines – une hausse de 483 % de la moyenne sur 7 jours depuis un mois;

  • une tendance à la hausse, mais plus modérée qu’au Québec, dans les États américains et en Ontario;

  • la situation dans l’Illinois demeure plus grave qu’ailleurs, mais stable.

Voici maintenant les données pour le Québec et les États voisins et l’Ontario – moyenne sur 28 jours – au cours des 5 dernières semaines. Ce sont les cas de COVID-19 par million d’habitants.


Ces données nous montrent deux choses en termes de tendance :

  • une hausse marquée du nombre de cas au Québec (+437 % de la moyenne 28 jours depuis un mois) et dans le Massachusetts (+ 967 % de la moyenne 28 jours depuis un mois);

  • une tendance à la hausse, mais plus modérée qu’au Québec, dans le New Jersey, dans l’État de New York et en Ontario;

  • la situation dans l’Illinois demeure plus grave qu’ailleurs, mais stable.

Une fois de plus, les données proviennent de l’Université Johns Hopkins, répertoriées par la Banque Nationale.


Nous parlons de ces données pour deux raisons : la première, c’est que des questions fondamentales sont posées au gouvernement du Québec sur sa gestion de la crise alors que notre bilan montre une situation qui s’est largement dégradée. Ensuite, on parle de ces données parce que le premier ministre a comparé le Québec à des États voisins au cours de sa conférence de presse de jeudi matin (8 octobre).

À 9 h 53, il a répondu à une question de la journaliste Fanny Lévesque. La question est la suivante : Au niveau du traçage, M. Legault, est-ce qu'à votre avis ça peut être une piste de réponse à savoir pourquoi on a un bilan aussi fort au Québec en termes de cas de COVID?

Le premier ministre a répondu ceci : Bien, je rappelle, là, d'abord, puis c'est important, toutes les grandes villes, les États de l'est, là, puis, bon, il y a un contact avec l'Europe qui est plus fort, et il y a une exception, qui est Toronto… On doit augmenter le traçage, effectivement, au Québec. Je sais que l'Ontario aussi le fait. Pour l'instant, à part de dire que l'Ontario est une exception, là, toutes les autres grosses villes… je le répète, là, j'ajouterais même New Jersey, Connecticut, Rhode Island, Illinois, Michigan, Massachusetts, New York, sont tous dans la même situation ou dans une situation pire que nous autres.

La question porte sur les cas. La réponse porte sur une comparaison avec des États américains. Nous avons vérifié ce qu’il disait et avons constaté que la situation au Québec n’était pas meilleure que celle des États voisins en regard des tendances actuelles, sur 7 jours, comme sur 28 jours.

Il m’a écrit jeudi soir pour me dire qu’il parlait des données depuis le début de la pandémie, une information qu’il n’avait pas donnée dans sa réponse jeudi matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !