•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des scientifiques appellent leurs collègues à contribuer à la réconciliation

Une femme scientifique travaille sur un appareil technologique.

L'appel à l'action publié dans la revue Facets vise à faire évoluer les comportements de certains scientifiques qui travaillent en relation avec des communautés autochtones.

Photo : iStock / skynesher

Une équipe de cinq scientifiques, dont plusieurs du Nord canadien, a publié 10 appels à l’action pour demander à leurs collègues qui conduisent des recherches auprès de communautés autochtones du pays à davantage les respecter et à les inclure dans leur travail.

Alors que la Commission de vérité et réconciliation du Canada a publié, en 2015, ses 94 appels à l’action, les cinq auteurs de l’article publié dans la revue Facets, le journal officiel de l’Académie des sciences de la Société Royale du Canada, pensent que le monde scientifique n’est pas exempt d’effort en vue de bâtir de meilleures relations avec les peuples autochtones du Canada.

La réconciliation est le fait de chacun d'entre nous, il ne faut pas en avoir peur ou s'en cacher, nous avons tous des leçons à tirer les uns des autres et il faut vraiment avoir l'esprit ouvert pour envisager les possibilités qui s'offrent à nous, affirme l’un des co-auteurs, Lawrence Ignace, de la Première Nation du Lac des Mille Lacs, en Ontario.

Avec ces 10 points, les auteurs espèrent bien voir un changement s’opérer dans la façon dont les scientifiques naturels conduisent leurs recherches sur le terrain.

Pallier les frustrations liées à un manque de communication

Cet appel est né de la frustration de ses auteurs comme l’explique Carmen Wong, une écologiste de Parcs Canada qui travaille dans le parc national et la réserve Kluane, au Yukon.

Elle donne l’exemple d’une recherche qui avait été approuvée sans qu’elle ait été mise au courant que celle-ci aurait lieu dans le parc national. Cela me semble fou qu’en 2020, les financeurs ne demandent aucune preuve qui montre bien que les autorisations ont été demandées pour conduire des recherches dans certaines juridictions, s’étonne-t-elle.

Les permis pour effectuer des recherches sont vraiment importants parce qu'il est évident qu'ici, au Yukon, les Premières Nations ont travaillé très dur pour en arriver là où elles en sont, je pense qu'il y a évidemment des problèmes systémiques.

Lawrence Ignace, membre de la Première Nation du Lac des Mille Lacs et co-auteur de l'appel à l'action

Parmi les différents points, le numéro 2 appelle les spécialistes des sciences naturelles à reconnaître que la production de connaissances sur la terre est un objectif partagé avec les peuples autochtones et à rechercher des relations significatives et une collaboration possible pour de meilleurs résultats pour toutes les parties concernées.

Le point numéro 5, lui, met l’accent sur la jeunesse autochtone et le rôle que peuvent jouer les scientifiques auprès de celle-ci pour lui donner l'opportunité de s’intéresser au domaine scientifique.

Pour une meilleure représentation des autochtones dans l’univers académique

Pour Lawrence Ignace, cet appel pourrait pallier un manque de représentation des Autochtones dans le monde académique. Ceux-ci pourraient alors mieux guider et influencer la manière de travailler avec ces communautés.

Les deux auteurs disent avoir, à ce jour, reçu des réponses très positives, dont certaines peuvent même s’avérer surprenantes. Des collègues d’autres disciplines, comme des travailleurs sociaux ou ceux qui sont dans les ressources humaines, nous disent que cet appel à l’action a des répercussions dans leur travail, confie Mme Wong.

Lawrence Ignace pense que la publication de cet appel à l’action cet automne tombe particulièrement bien. De nombreux financements nationaux de recherches arrivent à leur échéance et de nouveaux vont commencer, donc notre espoir c’est que cet article va jouer un rôle pour soutenir un changement positif, avance-t-il.

Avec des informations de l'émission Yukon Morning

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !