•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Désinformation : Twitter serre la vis à l’approche des élections américaines

Une banderole de Twitter à l'extérieur de la Bourse de New York.

Il sera notamment interdit aux internautes de déclarer prématurément la victoire d'un candidat ou d'une candidate.

Photo : Getty Images / Andrew Burton

Radio-Canada

Twitter va imposer de nouvelles restrictions sur sa plateforme, à l’approche de l’élection présidentielle du 3 novembre aux États-Unis. Ces mesures visent à freiner la désinformation endémique qui s’abat sur les réseaux sociaux depuis des mois.

Vendredi, le réseau à l’oiseau bleu a annoncé dans un billet de blogue les mesures entreprises pour garantir l’intégrité des élections.

Première restriction : les internautes utilisant la plateforme, incluant les deux candidats à la présidence, ne pourront pas déclarer la victoire avant qu’elle ne soit confirmée par une source crédible.

On parle ici d’une annonce officielle des autorités responsables des élections dans les États visés ou d’une projection publique provenant d’au moins deux médias nationaux faisant autorité en la matière. Twitter n’a pas mis de noms sur ces médias, mais on peut penser à des organisations bien établies comme CNN, l’Associated Press, ABC News et Fox News, selon ce que rapporte CNN.

Les tweets qui déclarent prématurément la victoire seront étiquetés en conséquence et redirigeront les internautes vers la page officielle des élections de Twitter.

Autre restriction : les tweets incitant à interférer avec le processus électoral, notamment par la violence, pourront être retirés.

Plus d’avertissements sur les tweets trompeurs

L’entreprise fondée par Jack Dorsey épingle déjà les publications qui violent ses politiques visant l’information trompeuse sur les élections, la COVID-19 et la manipulation des médias. À partir de la semaine prochaine, lorsque des internautes voudront retweeter une telle publication, un message apparaîtra pour les rediriger vers une source d’information crédible sur le sujet.

Les tweets affublés d’étiquettes voient déjà leur portée réduite par notre propre système de recommandation. Ces nouveaux messages ajouteront du contexte aux tweets épinglés pour permettre aux internautes d’être plus en mesure de choisir d'amplifier ou non la portée de la publication, peut-on lire dans le billet de blogue.

En plus de ces messages, le réseau va ajouter des avertissements additionnels et des restrictions sur les tweets trompeurs provenant de figures politiques américaines, incluant les candidats et candidates et leur équipe de campagne dont le compte est suivi par plus de 100 000 personnes.

Les internautes devront cliquer sur l’avertissement pour accéder aux tweets en question et pourront seulement les citer. Les mentions J’aime, les réponses et les retweets seront désactivés, et ces publications ne seront pas recommandées par les algorithmes de Twitter.

Twitter va également encourager ses utilisateurs et utilisatrices à citer une publication avant de la partager. Concrètement, lorsque quelqu'un voudra retweeter une publication, le réseau le redirigera d'abord vers la fenêtre ‘’Citer le tweet’’. Le réseau espère ainsi réduire la portée des déclarations trompeuses.

Pour les internautes des États-Unis, les tweets qui se trouvent dans la section « Tendances » ne seront ajoutés à l’onglet Pour vous que s’ils incluent du contexte additionnel, c’est-à-dire un article ou un tweet descriptif qui résume pourquoi le terme est tendance.

Finalement, Twitter retire temporairement des fils personnels les tweets recommandés par des comptes que les internautes ne suivent pas sur la plateforme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !