•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Barreau du Manitoba enquête sur l’avocat de Peter Nygard

Jay Prober lors d'une entrevue.

Jay Prober est l'avocat de Peter Nygard.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Société du Barreau du Manitoba a reçu l’ordre de mener une enquête concernant une plainte pour faute professionnelle contre l'avocat winnipégois de Peter Nygard, Jay Prober, pour des commentaires qu'il a faits au sujet des femmes qui prétendent avoir été agressées sexuellement par le magnat de la mode manitobain.

La Société du Barreau avait initialement rejeté la plainte parce que celle-ci émanait d’un avocat qui milite en faveur des droits de la personne exerçant à Ottawa, Richard Warman, et qu’il n’avait aucun lien avec le dossier Nygard.

Richard Warman a déposé sa plainte en juin, après avoir lu un article de CBC dans lequel Jay Prober affirmait qu'une femme qui accusait son client de viol était une prétendue actrice qui joue maintenant un autre rôle et qui était à la recherche d'argent potentiel.

Jay Prober a aussi dit qu'une autre victime d’agression sexuelle présumée de Peter Nygard était probablement une autre plaignante qui aurait été payée pour de fausses preuves .

Richard Warman avait fait appel

L’avocat d’Ottawa avait fait appel de la décision de la Société du Barreau de ne pas traiter sa plainte et le commissaire aux plaintes du Barreau du Manitoba lui a donné raison.

On ne s'était pas donné la peine de mener la moindre enquête à ce sujet, a déclaré Richard Warman dans une interview téléphonique avec CBC.

Richard Warman souriant.

Richard Warman est un avocat des droits de la personne à Ottawa.

Photo : Remise par Richard Warman

Cinquante-sept femmes ont déposé un recours collectif au civil à New York contre Peter Nygard, affirmant avoir été violées ou agressées sexuellement. Certaines d'entre elles affirment avoir été agressées alors qu'elles n'avaient que 14 ou 15 ans.

Le procès a été suspendu en août après que le gouvernement américain eut demandé la suspension des procédures.

Peter Nygard nie toutes les allégations portées contre lui et affirme que son ancien voisin aux Bahamas, le milliardaire Louis Bacon, avec qui il se dispute depuis des années, paie les femmes pour qu'elles inventent des allégations dans le cadre d'un complot visant à détruire sa réputation et son entreprise.

Dans une lettre envoyée le 8 septembre à Richard Warman, le commissaire chargé de la révision des plaintes du Barreau du Manitoba, Drew Perry, a déclaré : Bien qu'un avocat soit autorisé à faire des déclarations publiques du même type qu'il le ferait au tribunal, je conviens que les déclarations attribuées à M. Prober sont préoccupantes, en particulier à l'ère du mouvement #MeToo où les attentes changent.

La seule façon que j’ai d'aller au fond de cette affaire et, dans le processus, obtenir son explication sur ses prétendus commentaires, est d'ordonner une enquête. Je le fais maintenant, a ajouté Drew Perry

L'une des femmes concernées par le recours collectif a déclaré à CBC qu'elle s'est manifestée en partie à cause des commentaires de Jay Prober dans les médias sur les autres victimes présumées.

Richard Warman estime qu'il s'agit là d'une raison suffisante pour que le Barreau enquête sur sa plainte.

La Société du Barreau, dit M. Warman, est dans la position unique de dire à un membre de la profession que s'engager dans ce genre de conduite est non seulement sujet à une enquête de la part du Barreau, mais aussi discutable, car cela soulève la question de savoir si ces types de commentaires engendrent d'autres litiges .

Aucune réponse aux demandes d'entrevue

Jay Prober n'a pas répondu aux demandes d'entrevue de CBC, mais avait précédemment déclaré que les allégations de faute professionnelle faites par Richard Warman n'étaient pas fondées.

En juin, il a déclaré que la plainte de M. Warman avait peut-être été déposée afin d'empêcher la défense vigoureuse de [son] client .

Au mieux, il cherche simplement à attirer l'attention et à se faire de la publicité et, au pire, il est impliqué avec CBC pour m'attaquer, avait déclaré Jay Prober en juin.

M. Prober défend Peter Nygard et une église dans deux poursuites contre CBC et ses journalistes.

Les barreaux doivent en faire plus, demande une avocate

Il n'y a aucune raison de salir la réputation des plaignants… dans un forum public, a déclaré l'avocate torontoise Gillian Hnatiw, qui a représenté des victimes de violence sexuelle.

Elle dit qu’en général, la majorité des avocats criminels essaient d'être de plus en plus prudents sur la façon dont ils parlent des allégations d'agression sexuelle, mais il y a encore des dinosaures parmi [eux ] .

Je pense que cela amplifie ce qui est l'un des plus vieux mythes sur le viol, que les femmes font de fausses allégations pour devenir célèbres ou obtenir de l'argent, et cela discrédite les femmes.

Gillian Hnatiw souriante.

Gillian Hnatiw est une avocate à Toronto qui a souvent défendu des victimes de violences sexuelles.

Photo : Remise par Gillian Hnatiw

Gillian Hnatiw pense que cette affaire soulève des questions intéressantes sur la façon dont la profession juridique devrait contrôler le comportement de ses membres, pour éviter de perpétuer des pensées stéréotypées ou des mythes sur le viol.

Mme Hnatiw affirme que, jusqu'à présent, les barreaux ont hésité à s’exprimer sur les questions de conduite des avocats, à moins qu'elles n'impliquent des questions telles que la fraude.

Je pense que les barreaux de tout le pays doivent faire évoluer leur réflexion sur ce que signifie protéger le public, et la façon dont les avocats qui s'expriment de cette manière ont un effet dissuasif sur les victimes de violence sexuelle.

Les conclusions de l'enquête sur la plainte de Richard Warman

Richard Warman dit que l’enquête du Barreau sur sa plainte sera menée dans le cadre d'une enquête interne. Cela signifie qu'il ne sera au courant d'aucune des conclusions, car il n'a aucun lien personnel avec l'affaire.

Je ne saurai jamais s'ils ont mené une enquête juste et indépendante, ou même s'ils ont au moins mené l'enquête, déplore-t-il.

L'enquête ne sera reconnue publiquement que si elle se déroule devant le tribunal du Barreau, explique Richard Warman.

On a une organisation qui mène cette enquête uniquement parce qu'on lui a ordonné de le faire, et ce n'est pas transparent. Ce n'est pas juste.

Selon des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !