•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fuite de données chez Desjardins : témoignage d'un acheteur de listes

Le logo Desjardins sur la façade d'une succursale.

Si la fuite massive des données personnelles de membres particuliers de Desjardins ne concerne pas leurs informations bancaires, il y a surtout un risque de vol d’identité des 40 % de clients touchés.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Un courtier en assurance de personnes de Québec, François Baillargeon-Bouchard, qui aurait admis à des enquêteurs de l'Autorité des marchés financiers (AMF) avoir acheté des données personnelles volées au Mouvement Desjardins, a témoigné devant le Tribunal administratif des marchés financiers.

L'AMF demande au tribunal de faire suspendre les certificats d'exercice de l'homme de 31 ans. Celui-ci aurait admis à des enquêteurs du chien de garde des marchés financiers avoir payé 40 000 $ à partir de 2017 pour acheter six listes d'informations personnelles de membres du Mouvement Desjardins.

Ces listes auraient servi à faire de la prospection de clients par l'intermédiaire de téléphonistes.

Le courtier a été interrogé vendredi sur les listes de données achetées à la compagnie d'un prêteur privé, Jean Loup Leullier-Masse.

Il n'y avait pas d'informations suspectes sur ces listes-là, a témoigné François Baillargeon-Bouchard lors d'une audience virtuelle.

Jamais je ne me suis douté que mes listes pouvaient provenir d'une fuite de données, a-t-il ajouté un peu plus tard. Moi, j'avais la perception que j'avais de l'information qui pouvait provenir d'ailleurs dans le marché.

Contre-interrogatoire

En contre-interrogatoire, l'avocat de l'AMF, Éric Blais, a demandé au courtier pourquoi il n'avait pas avisé le syndic de l'Autorité des marchés financiers de la perquisition de son téléphone cellulaire par la Sûreté du Québec à sa résidence le 17 septembre 2019.

Cela s'est produit dans le cadre de l'enquête policière sur la fuite de données au Mouvement Desjardins et du fait qu'il avait détruit les listes de noms.

L'avocat a affirmé que l'AMF ignorait ces faits jusqu'à ce qu'ils soient révélés dans des médias.

François Baillargeon-Bouchard a répondu que c'était sous le coup de l'émotion. J'avais des choses à clarifier dans mon intérieur quand c'est arrivé, a-t-il témoigné.

L'avocat de l'AMF l'a aussi interrogé sur la présence d'un employé au sein de son cabinet financier avec des antécédents judiciaires et qui était chargé de contacter des clients potentiels.

Il lui a demandé s'il avait fait des vérifications à son sujet. Le courtier a répondu qu'il savait que cet employé avait eu des problèmes, mais qu'il en ignorait la nature.

Je lui ai donné une chance de travailler, parce que cet individu-là a besoin d'un travail, a dit François Baillargeon-Bouchard. Puis, il a des aptitudes comme téléphoniste. C'est pour ça que je lui ai donné le mandat de prendre rendez-vous pour des courtiers, de faire des appels pour des courtiers.

Le témoignage du courtier est terminé. La cause se poursuit mardi prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !