•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’OPEP prédit une faible croissance de la demande de pétrole les 25 prochaines années

Un puits de pétrole.

L'OPEP prévoit une faible croissance de la demande de pétrole au cours des deux prochaines décennies.

Photo : Radio-Canada / Marcel Calfat

Radio-Canada

Un rapport de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) prédit que la demande pour le pétrole va plafonner d’ici une décennie. Ces prédictions n'inquiètent cependant pas la ministre albertaine de l’Énergie, Sonya Savage.

Selon le rapport de l’OPEP, la demande pour le pétrole en 2020 est de 90,7 millions de barils par jour. Elle devrait aller jusqu’à 107 millions de baril par jour en 2030, et 109 millions, en 2045.

La demande globale pour le pétrole va augmenter de manière assez stable durant la première partie de la période de prévisions, avant de commencer à plafonner durant une période relativement longue durant la seconde moitié de la période de prévisions, explique le rapport.

La ministre de l’Énergie demeure malgré tout optimiste.

Comme nous le savons tous, un plafond ne signifie pas la fin de la demande. Cela veut dire que la croissance continue de la demande se termine, explique Sonya Savage dans une déclaration écrite envoyée à CBC.

Il y aura toujours une demande pour le pétrole et le gaz naturel, même si elle diminue graduellement. L’OPEP croit que le pétrole va demeurer au premier rang des différentes sources d’énergie qui existent jusqu’en 2045, ajoute-t-elle.

Différentes sources d'énergie

Le rapport fait également état de la transition énergétique. Il soutient que le pétrole représentera 27,5 % des sources énergétiques mondiales en 2045, comparativement à 31,5 % en 2020.

Les énergies solaire, éolienne et géothermique, qui représentent 2,1 % des sources de combustibles, passeront quant à elles à 8,7 % durant la même période, selon le rapport.

Le gaz naturel représente 23,1 % des sources énergétiques mondiales en 2020 et passera à 25,3 % en 2045.

Hausse de la demande dans certains pays

Même si la demande pour le pétrole devait diminuer dans les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), elle devrait augmenter dans des pays comme l’Inde et la Chine, notamment à cause de la croissance de leur population et de la classe moyenne.

Nous prévoyons que le plus grand contributeur à l’augmentation de la demande sera l’Inde, avec un ajout de 6,3 millions de barils par jour de 2019 à 2045, précise le rapport.

Le chercheur associé à l'École des politiques publiques de l'Université de Calgary et président de la branche canadienne du World Petroleum Council Richard Masson souligne que le rapport prévoit des marchés pétroliers forts au cours des 25 prochaines années.

Selon lui, le Canada est l’un de quatre pays non membres de l’OPEP qui pourraient augmenter sa production pétrolière.

Il s’agit d’un bon scénario pour l’Alberta, dit Richard Masson.

Avec les informations de Michelle Bellefontaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !