•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 20 hôtels de Québec fermés : « C’est une catastrophe »

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Façade du Capitole.

Le reportage de Sébastien Tanguay

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

La pandémie continue de provoquer une véritable hécatombe dans l’industrie hôtelière de Québec. Plus d’une vingtaine d’hôtels ont déjà fermé leurs portes depuis le début de la deuxième vague. Le dernier gros nom en lice est le Capitole Hôtel qui cesse ses activités pour une période indéterminée.

Le gestionnaire hôtelier du Capitole Hôtel, Alain April, n’a eu d’autres choix que d’annoncer la mauvaise nouvelle aux employés jeudi.

Les mots me manquent encore une fois aujourd’hui avec la fatalité que je dois annoncer. Notre priorité a toujours été la santé et la sécurité des clients et employés, mais là aujourd’hui, en renvoyant à la maison ceux qui ont travaillé si fort depuis la réouverture en juin, qui ont accepté les changements et suivi minutieusement toutes les nouvelles mesures imposées, je ressens une grande injustice, confie M. April.

La section hôtel du Capitole de Québec, un édifice moderne construit en hauteur.

Le Capitole Hôtel a subi d'importantes rénovations en 2019.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Cette décision, combinée à la fermeture du restaurant II Teatro, signifie la mise à pied de 150 travailleurs. Ces pertes d'emploi s’ajoutent à des centaines d’autres provoquées par la fermeture d’hôtels de la région. Depuis le printemps dernier, près de 4000 travailleurs de l'industrie hôtelière ont perdu leur emploi.

Certains établissements comme le Capitole Hôtel espèrent un « miracle de Noël » pour rouvrir en décembre afin de faire vivre « la féérie du temps des Fêtes » à leur clientèle. Par contre, d'autres concèdent déjà qu'ils ne rouvriront pas avant l'été prochain.

Pire que les prévisions...

La directrice générale de l'Association hôtelière de la région de Québec, Marjolaine de Sa, parle d'une véritable hécatombe. Les chiffres actuels sont pires que ses prévisions. Elle s’attend à ce que le nombre de fermetures grimpe à au moins 80 d’ici les prochains mois.

L’entrée principale de l’Hôtel Clarendon.

L'Hôtel Clarendon fait aussi partie de la liste des hôtels fermés en raison d'un trop faible achalandage.

Photo : Radio-Canada

On prévoyait un 17-18 hôtels pour vendredi prochain en fermeture, on a déjà dépassé la vingtaine. Donc, mon chiffre de 35 d’ici la fin du mois d’octobre est vraiment réalisable. Certaines [fermetures sont] pour un ou deux mois, ceux qui souhaitent rouvrir pour Noël, mais d’autres ont déjà décidé d’aller au mois de juin prochain, déplore Mme de Sa.

C’est la catastrophe en ce moment.

Marjolaine de Sa, directrice générale de l'Association hôtelière de la région de Québec

...et pire qu'au printemps

Pour Mme de Sa, la crise actuelle est pire que celle du printemps, lors de la première vague. Même si, cette fois, les hôtels peuvent rester ouverts, peu de visiteurs s’y rendent, en raison notamment de la fermeture des salles à manger dans les restaurants.

Une salle à manger de restaurant vide.

Une salle à manger de restaurant vide.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Au printemps, on était dans : tout le monde ferme, tout le monde se rallie, on veut couper la mortalité et encore aujourd’hui, nos établissements, nos propriétaires comprennent la situation sanitaire. Mais là, cette vague de fermeture est difficile à prendre, car nos hôtels ne sont pas officiellement fermés, mais ils sont fermés virtuellement. Il n’y en a pas de touristes, ajoute-t-elle.

S’il n'y a rien à faire, les gens ne paieront pas pour rester dans une chambre deux jours.

Marjolaine de Sa, directrice générale de l'Association hôtelière de la région de Québec

40% des hôtels pourraient fermer

D’autres établissements connus comme le Manoir du Lac Delage et l’Hôtel Clarendon font également partie de la liste des hôtels fermés en raison d’un trop faible achalandage.

Si le gouvernement n'intervient pas, Marjolaine de Sa croit que 40 % des hôteliers de son association fermeront définitivement. Ce sont des années de travail pour établir la réputation de Québec comme destination prisée à l’international qui s’envole en fumée en raison de la pandémie, conclut-elle.

L’Association hôtelière de la région de Québec organise d'ailleurs un rassemblement devant l'Assemblée nationale mardi prochain pour dénoncer cette catastrophe et interpeller le gouvernement Legault. L’événement aura lieu à 10 h.

Les hôteliers et tous les propriétaires d’établissements d’hébergement, de par leur profession et leur formation, sont habituellement des gens discrets et conciliants. Pour qu’ils en viennent à se regrouper pour dénoncer publiquement la situation, c’est qu’ils sont vraiment en crise et qu’ils se sentent abandonnés, peut-on lire dans l’avis de convocation envoyé aux médias.

Avec les informations de Sébastien Tanguay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !