•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université Laurentienne embauche un consultant pour examiner ses finances

L'Université Laurentienne.

L'Université Laurentienne a suspendu l'inscription à plusieurs programmes plus tôt cette année. Cette décision pourrait être infirmée.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Radio-Canada

L’Université sudburoise a retenu les services de la firme d’Ernest & Young pour chercher des solutions à ses problèmes financiers, qui existaient déjà avant 2020.

Selon un communiqué, l’Université Laurentienne avait un déficit de 7 millions de dollars avant la pandémie,et celle-ci a eu un impact supplémentaire d’environ 5 à 10 millions de dollars.

Jean-Charles Cachon, le secrétaire-trésorier de l’Association des professeures et professeurs de l’Université Laurentienne (APPUL) affirme que la nouvelle ne surprend pas le corps professoral.

Jean-Charles Cachon accorde une entrevue.

Jean-Charles Cachon affirme que les préoccupations financières de l’Université sont sérieuses depuis des années. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Joël Ashak

Nous avons des départements qui manquent de personnel depuis plus de dix ans, des départements qui n’ont pas assez de professeurs pour offrir des programmes de qualité, a déclaré M. Cachon.

Dans une déclaration envoyée par courriel à CBC, l’Université Laurentienne affirme avoir été transparente sur le fait qu’elle est confrontée à certains défis financiers.

M. Cachon ne croit pas que la Laurentienne procédera à de nouvelles réductions budgétaires pour le corps enseignant et les programmes pour l'instant.

Il ajoute que bien que l’administration de l’Université porte la responsabilité de son budget, les gouvernements n'ont pas fourni suffisamment d’aide aux établissements d’enseignement supérieur et aux étudiants.

Il y a eu un manque total de compréhension de la part des gouvernements fédéral et provincial en ce qui concerne l’éducation postsecondaire et la situation de la COVID-19, a déclaré M. Cachon.

Il n’y a pas de soutien pour les institutions pour aider avec les salaires ou tout type de dépenses spéciales qui ont été entraînées par la pandémie.

Une citation de :Jean-Charles Cachon, secrétaire-trésorier de l’Association des professeures et professeurs de l’Université Laurentienne

Je pense qu’il y a eu une sorte de mépris des institutions postsecondaires , ajoute-t-il, ce qui est très triste quand on sait que 70 à 80 % des emplois nécessitent maintenant une éducation postsecondaire .

Le secrétaire-trésorier de l’APPUL croit que l’aide financière fédérale et provinciale est particulièrement nécessaire dans le Nord de l’Ontario.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !