•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un rapport sur Phénix est déposé.

Sap a remplacé le système de paye Phénix en mars 2020.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les problèmes liés au système de paye Phénix semblent s’atténuer et génèrent maintenant moins de nouveaux cas. Le gouvernement croit même que le système se stabilise.

Une précédente version de l’article mentionnait dans le titre 13 semaines de paye, il s’agit de 13 périodes de paye.

Selon Steven MacKinnon, député de Gatineau et secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, il y a eu 13 périodes de paye sans fautes.

On est très contents de voir que le système a passé 6 mois, donc 13 périodes de paye, sans accros au niveau de la technologie, sans avoir fait d’erreur systémique.

Steven MacKinnon, député de Gatineau et secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement
Le député Steven MacKinnon en entrevue.

Steven MacKinnon, député de Gatineau et secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement. (archives)

Photo : Radio-Canada / Angie Bonenfant

C’est le signe que le système se stabilise, ajoute M. MacKinnon, en entrevue à Radio-Canada, que les erreurs ne se multiplient plus et qu’on traite les cas en arrière, mais on ne craint pas de nouveaux problèmes au sein du système de paye.

Selon lui, depuis janvier 2018, il y a une réduction des cas avec incidence financière au-delà de 68 %.

Selon l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), au mois d'août 2019, l’arriéré était à 308 000 mouvements et les problèmes de paye au-delà de la charge de travail normale étaient à 228 000.

Au mois d'août 2020, l’arriéré était à 220 000 et les problèmes de paye au-delà de la charge de travail à 122 000 mouvements.

On a vu du progrès, mais ça n’avance pas aussi vite qu’on l'espérait

Alex Silas, vice-président directeur régional de la capitale nationale de l’AFPC

L’arriéré est en train de diminuer, mais il reste encore 202 000 cas. Donc, le gouvernement a eu quasiment cinq ans pour diminuer le montant de cas, c’est sûr qu’on espérait plus de progrès rendu à ce point-là, mais on va continuer à pousser l’employeur et à travailler avec l’employeur jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de cas, soutient M. Silas.

On va rester optimiste, mais on va aussi s’assurer que le progrès qu’on a fait avec l’entente de dédommagement Phénix c’était un pas vers l’avant. On va rester optimiste, mais c'est sûr qu’on va aussi s’assurer que le gouvernement continue d’avancer de bonne foi, ajoute M. Silas.

Les membres de l’AFPC , qui continue de soutenir le peuple canadien à travers la pandémie, après quatre ans de problèmes de paye, ont assez souffert. Arrêtez de nous niaiser, là. Le gouvernement fédéral a une responsabilité de s’assurer que nos membres sont payés rapidement et sans complications, conclut-il.

Conventions collectives à l'origine du problème

Selon M. MacKinnon, une des grandes raisons expliquant les problèmes de paye fut l’implantation des conventions collectives de 2014 à 2018. Et la rétroaction qui était nécessaire pour justement donner une paye précise et rétroactive aux employés, explique-t-il. Cette fois-ci, on observe beaucoup moins d’erreurs dans les rétroactions et pour les premiers syndicats qui sont passés dans les systèmes, c’était le jour et la nuit.

Selon Greg Fergus, député de Hull-Aylmer et secrétaire parlementaire du président du Conseil du Trésor et de la ministre du Gouvernement numérique, le gouvernement pourrait faire une annonce prochainement.

Portrait de l'homme au centre-ville d'Ottawa.

Selon Greg Fergus, député de Hull-Aylmer, le gouvernement pourrait faire une annonce prochainement.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

On avait annoncé qu’on avait privilégié un pourvoyeur, SAP, pour aller de l’avant pour commencer à développer des systèmes, soutient M. Fergus. Après l’évaluation que les fonctionnaires responsables du programme ont faite [...], on est arrivés à une troisième étape : on avait choisi SAP et j'espère avoir bientôt d’autres nouvelles.

L’intention du gouvernement demeure de moderniser son système de paye, qui reflète la complexité de la paye au sein du gouvernement du Canada, plus stable et plus moderne. Ce système-là est en phase d’évolution et cela va bon train, conclut M. MacKinnon.

Avec les informations de Stéphane Leclerc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !