•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transports Canada veut éviter les manœuvres risquées dans les gares de triage

Un travailleur ferroviaire traverse une voie ferrée devant une locomotive du CN dans une gare de triage.

Transports Canada prévoit renforcer ses exigences en matière de surveillance.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

La Presse canadienne

Le gouvernement fédéral met en œuvre de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité ferroviaire à la suite d'une enquête sur un incident mortel survenu dans une gare de triage en Saskatchewan, il y a près de trois ans.

En vertu d'un arrêté ministériel, les compagnies de chemin de fer devront adopter de nouvelles pratiques pour leurs employés qui déplacent des wagons, d'une voie à une autre, dans les gares de triage.

Le ministère des Transports veut éviter les mouvements non contrôlés des wagons qui se produisent pendant ces manœuvres sans freins à air.

Transports Canada a indiqué jeudi qu'il prévoyait aussi renforcer les exigences en matière de surveillance et de combler les lacunes liées à la formation et à l'expérience des employés.

Ces nouvelles mesures font suite à un rapport du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST), qui exprimait en juin des préoccupations concernant le jumelage de travailleurs inexpérimentés dans les gares de triage et recommandait des changements pour réduire le mouvement incontrôlé des wagons lors de ces manœuvres.

Deux employés de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) effectuaient des manœuvres à la gare de triage de Melville, en Saskatchewan, à 150 kilomètres à l'est de Regina, le 22 décembre 2017, quand une employée a été mortellement blessée.

Le BST a conclu que les deux travailleurs – une contremaîtresse et un assistant – déplaçaient des wagons en les laissant rouler jusqu'à leur voie prévue sans utiliser de freins à air.

Un manque d'expérience

L'enquête a révélé que l'expérience limitée de ces employés avait probablement contribué à la décision de pousser trois wagons chargés sur une légère pente à l'aide d'une locomotive télécommandée à une vitesse trop lente, ce qui a entraîné une perte de vitesse des wagons – et un début de recul.

La contremaîtresse a été ensuite coincée entre le train de manœuvre et le wagon de tête.

Le BST a souligné que la contremaîtresse et son assistant, relativement inexpérimentés, travaillaient dans un isolement virtuel.

Selon le BST, le nombre de morts sur les chemins de fer au pays s'est élevé à 72 en 2019, comparativement à 57 l'année précédente; la moyenne sur 10 ans est de 73 morts par année.

Cinq des 72 morts de l'an dernier étaient des employés des chemins de fer, soit plus du double de la moyenne sur 10 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !