•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD livre son plan pour les foyers de soins de longue durée

La chef de l'opposition Andrea Horwath en point de presse.

La chef de l’opposition Andrea Horwath a régulièrement critiqué le gouvernement Ford pour sa gestion de la pandémie dans les foyers de soins de longue durée.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Andrea Horwath, chef du NPD de l’Ontario, dévoile vendredi les mesures que son gouvernement prendra pour les foyers de soins de longue durée et les soins à domicile si elle est élue aux élections provinciales de 2022.

La députée souhaite une véritable refonte des soins aux aînés, passant d'un système fragmenté, privatisé et mal réglementé à un système public et sans but lucratif.

Selon elle, les installations actuelles entreposent les personnes âgées dans des établissements de type institutionnel. Ils ont réduit les coûts en matière de personnel et de soins, afin d'empocher de plus gros profits, peut-on lire dans un communiqué. 

Je promets d’exclure les sociétés avides du secteur, de sorte que chaque dollar soit consacré à de meilleurs soins et à une meilleure vie (...) Nous devons revoir le système pour nous assurer que ce cauchemar [de la première vague] ne se reproduira plus.

Andrea Horwath, chef du NPD

L’Ontario rapporte 1954 décès parmi les résidents des foyers, soit près de deux tiers du bilan provincial.

Huit ans pour construire un nouveau modèle

Pour arriver à ses fins, le NPD propose une transition échelonnée sur huit ans avec notamment la création de petites maisons de type familial plutôt que des installations de type institutionnel. Chaque groupe sera composé de 6 à 10 résidents, selon ce projet.

Au cours de ces huit années, la chef néo-démocrate compte effacer les quelque 38 000 candidatures sur la liste d’attente, en créant 50 000 nouvelles places.

Le plan néo-démocrate inclut également une hausse permanente de 5 $ de l’heure pour les préposés aux bénéficiaires par rapport aux salaires prépandémie et suffisamment de personnel pour garantir au moins 4,1 h de soins pratiques par résident et par jour.

En 2018, ce temps s’élevait à 3,71 h, selon le gouvernement de l’Ontario.

3 milliards de dépenses supplémentaires par an

Le coût de la refonte prévue s’élèverait à 750 millions de dollars d’investissements par an pendant huit ans, ainsi qu’une hausse de 3 milliards de dollars du budget de fonctionnement, étalée sur six ans. 

Actuellement, l’Ontario dépense 9 milliards dans son système de soins à domicile et de foyers de soins de longue durée.

Pendant la phase de transition, le NPD souhaite accroître la supervision financière, la transparence et la responsabilité des établissements.

Enfin, le plan prévoit faire en sorte que les aînés se sentent comme chez eux, en mettant un accent sur l’inclusion des communautés autochtones, culturelles, de genre et de sexualité.

Nous allons aider vos parents à vivre plus longtemps dans leur propre maison, déclare la chef de l’opposition.

Les foyers pour aînés au cœur des critiques du NPD

Le système des soins apportés aux aînés est un des chevaux de bataille les plus fréquemment mis en avant par Mme Horwath depuis le début de la crise de la COVID-19.

Elle a tour à tour reproché l’inaction et les prises de décisions tardives du gouvernement Ford en la matière, ou encore le manque de transparence de ce dernier au sujet de la commission d’enquête qu’il a initiée sur la gestion des éclosions du virus dans les établissements spécialisés.

Des soldats de la réserve du sud de l'Ontario se rassemblent au manège militaire de Denison.

Les Forces armées canadiennes ont apporté du soutien à sept centres de soins de longue durée de l'Ontario durement touchés par la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Grant Linton

Au cœur de la première vague pendant le printemps, la situation était telle que les Forces armées canadiennes (FAC) ont été déployées dans certains des établissements les plus dépassés par la propagation du coronavirus.

Ils y ont découvert des cas d'abus et de négligence, ainsi que des infestations d'insectes, des infections sanguines et des résidents laissés à eux-mêmes en état de détresse pendant des heures, selon les observations des FACpubliées dans un rapport fin mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !