•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Port du masque obligatoire au Nouveau-Brunswick : des réponses à vos questions

Une femme aux cheveux blonds courts a sur son nez et sa bouche un masque en tissu blanc avec des motifs d'ancres de bateau.

Le règlement est entré en vigueur le vendredi 9 octobre 2020.

Photo : Reuters / Kai Pfaffenbach

Les Néo-Brunswickois doivent dès maintenant s’habituer à porter un masque non médical dans tous les lieux publics intérieurs, comme les épiceries, les boutiques, les restaurants et les gyms.

Mise à jour (10 octobre 2020) : le port du masque est désormais obligatoire à l'intérieur et à l'extérieur dans les zones où la phase orange est en vigueur.

Le Nouveau-Brunswick suit ainsi la Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador, qui ont adopté un tel règlement le 31 juillet et le 24 août derniers, respectivement. Pour le moment, seule l'Île-du-Prince-Édouard fait bande à part en la matière en Atlantique.

Au Nouveau-Brunswick, le règlement s’appliquait déjà dans les lieux publics quand la distanciation était impossible, mais il suscite tout de même son lot de questions. Radio-Canada tente de répondre à certaines d'entre elles.

Le refus de porter un masque entraîne-t-il des conséquences légales?

Le port du masque dans les lieux publics intérieurs est obligatoire en vertu de l’article 14 de la Loi sur les mesures d’urgence depuis le 9 octobre 2020. Toute personne qui contrevient à cette disposition est passible d’une amende.

Or, pour le moment, le premier ministre Blaine Higgs a indiqué qu’il souhaitait d’abord que les agents de la paix mettent l’accent sur la sensibilisation du public.

On s'attend à ce que les gens du Nouveau-Brunswick veillent les uns sur les autres [...] Nous ne voulons pas adopter une approche punitive, nous espérons plutôt que les gens seront raisonnables et respectueux, sachant que c'est ce qu'on attend d'eux.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, le jeudi 8 octobre
Blaine Higgs portant un masque.

Blaine Higgs reconnaît qu'il sera impossible de s'assurer que tous les Néo-Brunswickois respectent le règlement, mais il espère pouvoir compter sur la bonne volonté de tout un chacun.

Photo : Gary Moore/CBC

En Nouvelle-Écosse, ceux qui refusent de porter le masque sont passibles d’une amende pouvant atteindre 1000 $.

Le port du masque est-il obligatoire au travail?

L’obligation de porter le masque en tout temps s'applique seulement aux lieux de travail où le public est admis. Une exception peut toutefois être accordée quand une barrière physique, comme un plexiglass, sépare les employés des clients.

Ainsi, les employés qui travaillent dans un lieu où le public n’est pas admis peuvent retirer leur masque une fois à leur poste, s'ils sont à moins de deux mètres de leurs collègues. Ces employés doivent alors de nouveau couvrir leur visage dans les espaces communs, comme les halls, les corridors et les cafétérias.

Pourquoi le Nouveau-Brunswick n'a-t-il pas imposé le masque plus tôt?

La position du gouvernement du Nouveau-Brunswick a évolué lentement sur la question du port du masque. En juin dernier, il a annoncé que le masque devenait obligatoire dans tous les lieux publics intérieurs, pour ensuite faire marche arrière et préciser que le règlement s'appliquait seulement quand l'éloignement physique de deux mètres était impossible.

Le vendredi 2 octobre, le premier ministre Blaine Higgs a provoqué la confusion, en déclarant en entrevue tôt en matinée qu'il allait annoncer l'entrée en vigueur du règlement quelques heures plus tard, pour ensuite se rétracter et tenir des propos beaucoup plus vagues. Blaine Higgs avait alors fait miroiter la date du 8 octobre, mais sans se compromettre.

Un homme transporté sur une civière par des ambulanciers.

Une ambulance devant le Manoir Notre-Dame, à Moncton au Nouveau-Brunswick, le 7 octobre 2020.

Photo : Radio-Canada / Shane Magee

L'annonce sur le port du masque obligatoire au Nouveau-Brunswick a finalement bel et bien été faite le 8 octobre, mais elle survient quelques jours après la découverte de près d'une vingtaine de cas de COVID-19 dans la région de Moncton.

Le premier ministre Higgs se défend toutefois d'avoir attendu trop longtemps. Nous ne croyons pas avoir attendu trop longtemps, parce que le temps d'instaurer le règlement, c'est maintenant.

Le gouvernement, qui a mené auprès de 600 établissements une étude sur le taux d'adoption volontaire du masque dans la province, explique avoir plutôt attendu d'atteindre un certain niveau d'acceptation sociale.

Nous n'avions pas eu de situation qui le justifiait auparavant et nous sommes arrivés à un stade où le niveau de conformité est plus élevé, a déclaré Blaine Higgs jeudi en conférence de presse.

Le port du masque s’applique-t-il aux enfants?

Les enfants doivent porter le masque dans les lieux publics intérieurs s’ils sont âgés de 2 ans et plus. Les enfants de tout âge qui fréquentent une garderie ou un établissement agréé d'éducation préscolaire n'ont pas à porter le masque.

Dans les zones jaunes, les élèves à partir de la 6e année doivent porter le masque dans les espaces intérieurs communs comme les toilettes, les autobus et les corridors.

Dans les zones oranges, les élèves de la maternelle à la 8e année doivent porter un masque dès qu'ils interagissent ensemble. Ils peuvent toutefois retirer leur masque une fois assis à leur pupitre.

Les élèves du secondaire qui vivent dans les zones oranges (Restigouche et Moncton) doivent quant à eux porter le masque toute la journée, même à l'extérieur. Les seules exceptions sont lorsqu'ils mangent, boivent ou font de l'activité physique.

Une mère masquée installe un masque sur le visage de son fils.

Les enfants de moins de 2 ans sont exemptés du port du masque obligatoire.

Photo : iStock

Dois-je quand même respecter la distance de 2 mètres avec autrui si je porte le masque?

La distance entre les gens peut être réduite à un mètre dans les lieux publics intérieurs quand ils portent le masque.

Je souffre d’une maladie respiratoire. Suis-je exempté du port du masque?

Les personnes souffrant d’asthme ou d’autres problèmes respiratoires peuvent porter un masque, indique la médecin hygiéniste en chef dans un document publié par son équipe à la fin du mois de septembre.

La Dre Jennifer Russell a déterminé que le masque était sécuritaire pour ces personnes en se basant sur les données de l’Association pulmonaire du Canada, de la Société canadienne de thoracologie et du groupe Asthma Canada. Tous ces groupes appuient les recommandations de santé publique sur le port de masque comme mesure de protection contre la COVID-19.

Certaines personnes peuvent être exemptées du port du masque pour des raisons médicales, rappelle toutefois la médecin hygiéniste en chef. Les gens du Nouveau-Brunswick devraient toujours faire preuve de gentillesse, de respect et de compréhension les uns envers les autres, insiste-t-elle.

La visière peut-elle remplacer le masque?

Bien que perçue comme plus confortable par certaines personnes, la visière ne peut pas remplacer le couvre-visage dans les lieux publics intérieurs. Un écran facial est destiné à être utilisé avec un masque et sert principalement à protéger les yeux de la personne qui le porte, explique la médecin hygiéniste en chef.

Une femme portant des vêtements et une visière de protection recueille un échantillon de salive d'un automobiliste aux fins d'un test de dépistage de la COVID-19.

La visière peut être ajoutée au masque, mais elle ne le remplace pas.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Les cache-cous, les foulards et les bandanas ne peuvent pas remplacer le masque. Ils ne sont pas si efficaces pour prévenir la transmission du virus, car ils ne retiennent pas efficacement les gouttelettes provenant des voies respiratoires, comme la salive et le mucus.

Le gouvernement distribuera-t-il des masques aux résidents comme en Nouvelle-Écosse?

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick n'a pas prévu de distribuer des masques, mais n'écarte pas cette possibilité si la disponibilité devenait un problème, a déclaré le premier ministre Blaine Higgs en conférence de presse, jeudi.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.