•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le racisme systémique « existe malheureusement chez nous », affirme Régis Labeaume

Très expressif, le maire de Québec est en mêlée de presse à l’extérieur de l’hôtel de ville.

Régis Labeaume

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Alors que le premier ministre François Legault refuse de reconnaître la présence de racisme systémique au Québec, Régis Labeaume admet que ce phénomène est bel et bien présent dans la province.

Le maire de Québec a publié jeudi cette réflexion sur sa page Facebook après une rencontre survenue mercredi avec le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, Ghislain Picard.

De mon point de vue, le racisme systémique est un phénomène insidieux qui persiste dans l’environnement social d’une population ou d’une communauté, a-t-il écrit, rappelant qu’il est le maire d’une ville qui cohabite avec la Nation huronne-wendat de Wendake.

Cette sortie survient un peu plus de deux semaines après la mort de Joyce Echaquan, cette femme atikamekw qui a perdu la vie sous les insultes du personnel soignant de l'hôpital de Joliette.

Malgré les appels répétés, François Legault évite le terme racisme systémique.

Un racisme qui perdure dans le temps

Le maire de Québec a proposé sur les réseaux sociaux une définition du racisme systémique qu'il qualifie de personnelle.

Ce phénomène induit des comportements empreints de préjugés négatifs à l’égard des personnes racisées. Ce racisme est aussi systémique parce qu’il perdure dans le temps et se reproduit, a souligné Régis Labeaume.

Ce phénomène existe malheureusement chez nous, mais je comprends que les réflexes qu’il provoque sont généralement de nature inconsciente ou irraisonnée, bien que certains soient lourds d’agressivité, et éventuellement de haine, a-t-il poursuivi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !