•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

400 mises à pied à la Ville de Québec

Des citoyens se baignent au centre Lucien-Borne

Des citoyens se baignent au centre Lucien-Borne.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Près de 400 employés se retrouvent sans travail après la fermeture des piscines et de certaines installations sportives.

La Ville de Québec a confirmé à Radio-Canada qu'en raison des nouvelles mesures sanitaires, elle se voit contrainte d'annuler la prestation de travail pour 300 employés du secteur aquatique et environ une centaine d'employés occasionnels en loisirs.

En raison de la fermeture des installations, ces employés n'ont plus de travail à effectuer. Il en sera ainsi jusqu'à ce que la situation s'améliore. « Tout le monde est dans le même bateau », s'est désolé Dominic Morin, conseiller syndical pour le SCFP, qui représente les employés.

Les employés du secteur aquatique, qui regroupe sauveteurs et moniteurs, sont visés pour une deuxième fois cette année. Ils avaient subi le même sort lors de la période de confinement du printemps. « Cela fait deux fois que nous sommes les premiers touchés par les mesures sanitaires plus contraignantes » ajoute le conseiller.

La centaine d'autres employés regroupent des préposés aux activités de loisirs, des préposés à l'équipement et des surveillants.

Se serrer la ceinture

Au printemps, 2000 employés avaient été renvoyés à la maison. Cette mesure avait permis à la Ville de Québec d'économiser 15 millions de dollars.

Selon nos informations, la Ville de Québec chercherait à récupérer 5 millions de dollars de plus en masse salariale pour les années 2020 et 2021. La Ville a convoqué les syndicats il y a quelques semaines pour les prévenir.

Pour l'instant, il serait question de ne pas remplacer certains départs à la retraite. Le plan est toujours en élaboration.

« Frais COVID »

La pandémie pèse lourd sur les finances de la Ville. Les plus récentes prévisions budgétaires prévoient un déficit de 24 millions de dollars, cette année, et de 66 millions, l'an prochain, en raison des pertes de revenus et des dépenses supplémentaires.

Le gouvernement du Québec a confirmé en début de semaine que la Ville de Québec a droit à une enveloppe de 55 millions de dollars pour couvrir ses pertes. Un montant qui peut également servir à la relance économique.

L'administration Labeaume n'a encore pas commenté à ce sujet.

Le mois dernier, Régis Labeaume affirmait lors d'un point de presse que la Ville allait pouvoir couvrir ses frais grâce aux nombreuses réserves financières dont elle s'est dotée. Cette année, on devrait être correct, avait dit le maire.

Actuellement, on est capable d'utiliser des réserves pour “balancer” le budget de cette année.

Régis Labeaume, maire de Québec, le 21 septembre 2020

Ailleurs

La situation n'est pas unique à la Ville de Québec. Partout dans la province, les villes doivent faire face à des défis budgétaires. Radio-Canada a obtenu la liste des montants que les 10 plus grandes villes recevront du gouvernement du Québec.

À Montréal, le déficit pourrait varier entre 110 et 130 millions de dollars cette année. L'administration de Valérie Plante a annoncé un gel de taxes l'an prochain. Une mesure qui va coûter 56 millions de dollars.

À Québec, le maire s'est engagé, dès juin, à geler les taxes l'an prochain, sans donner le coût pour les contribuables.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !