•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième vague beaucoup plus forte dans nos hôpitaux

Un panneau Urgence rouge devant la façade d'un hôpital

L'hôpital Laval, aujourd'hui appelé Institut universitaire de cardiologique et de pneumologie de Québec

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Depuis le début de la pandémie, la COVID-19 n’avait jamais amené autant de patients dans les hôpitaux de la grande région de Québec. Les régions de la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, avec 123 personnes hospitalisées, comptent aujourd’hui pour près du tiers des hospitalisations de toute la province.

Un document du ministère de la Santé, obtenu par Radio-Canada, démontre d’ailleurs clairement que la deuxième vague frappe beaucoup plus fort dans les hôpitaux de la région que la première.

Pour les besoins de la comparaison, le document considère que la première vague de la pandémie s’est produite du 11 mars au 11 juillet et que la deuxième a commencé le 1er septembre.

Selon ce modèle, dans la dernière semaine, le nombre de nouvelles hospitalisations atteint le double de ce qu’elles étaient pour la période équivalente de la première vague.

Comparaison des hospitalisations dans la grande région de Québec entre la première et la deuxième vague de la pandémie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Comparaison des hospitalisations dans la grande région de Québec entre la première et la deuxième vague de la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Le contraste est flagrant avec la même comparaison effectuée pour la grande région de Montréal, incluant Laval, Lanaudière, les Laurentides et la Montérégie, où les hôpitaux sont beaucoup moins sollicités qu’au printemps.

Comparaison des hospitalisations dans le Grand Montréal entre la première et la deuxième vague.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Comparaison des hospitalisations dans le Grand Montréal entre la première et la deuxième vague.

Photo : Radio-Canada

Éclosions dans les hôpitaux

La hausse marquée des hospitalisations dans la grande région de Québec se fait d’ailleurs sentir dans plusieurs établissements. Trois hôpitaux de Chaudière-Appalaches sont aux prises avec des éclosions. En Beauce, l’hôpital de Saint-Georges a d'ailleurs été forcé de suspendre ses admissions en médecine. À Québec, le CIUSSS a confirmé jeudi qu’une opération de dépistage massif sera nécessaire à l’Institut de cardiologie et pneumologie universitaire de Québec (IUCPQ).

Cette opération aura lieu lundi et mardi 12 et 13 octobre, beaucoup trop tard selon le cardiologue Paul Poirier, qui travaille tous les jours à l'IUCPQ. Il craint une hécatombe alors que la COVID-19 circule déjà dans l'établissement depuis plusieurs jours. Je pense qu'il faut donner un coup de barre si on veut virer ça à l'envers pour offrir des soins pour tout l'est du Québec.

Explosion des cas

Ce même document expose aussi l’explosion des cas dans la région alors qu’on a récemment recensé plus de 350 nouvelles infections en une seule journée. Au printemps, le nombre de nouveaux cas quotidiens n’avait jamais dépassé la centaine.

Comparaison des cas confirmés chaque jour dans la grand région de Québec entre la première et la deuxième vague.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Comparaison des cas confirmés chaque jour dans la grande région de Québec entre la première et la deuxième vague.

Photo : Radio-Canada

Jeudi, la Capitale-Nationale frôlait une fois de plus les 200 nouveaux cas de COVID-19 en 24 h, avec un total de 199 nouvelles infections recensées sur le territoire. Trois personnes de plus ont également succombé à la maladie.

En Chaudière-Appalaches, le plus récent bilan fait état de 64 nouveaux cas et 2 décès.

Avec la collaboration de Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !