•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention à l'amanite phalloïde, un champignon mortel

Les parents de jeunes enfants et les propriétaires d’animaux sont particulièrement invités à faire preuve de prudence.

Une amanite phalloïde.

L'amanite phalloïde peut provoquer des lésions mortelles.

Photo : Shutterstock / Boku Maro

Radio-Canada

Alors que l'automne est propice à la pousse des champignons sauvage et à leur cueillette, le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique renouvelle sa mise en garde contre un champignon toxique et potentiellement mortel.

L’amanite phalloïde, aussi appelée calice de la mort, est un champignon vénéneux qui pousse dans les zones urbaines et boisées. Avec l’arrivée de la saison humide, le champignon est abondant à Vancouver, à Victoria, dans la vallée du Fraser, dans le sud de l'île de Vancouver et dans les îles Gulf.

S'il est consommé, il peut provoquer des nausées, des douleurs abdominales, une déshydratation et des vomissements. Ces symptômes apparaissent normalement dans les heures suivant l’ingestion.

Il peut également causer des lésions hépatiques et rénales, qui apparaissent entre trois et six jours suivant l’ingestion et qui peuvent causer la mort.

En juin, alors que la température était pluvieuse, les appels au Centre d'information sur les médicaments et les poisons liés à l’exposition à des champignons ont doublé, atteignant 67 cas.

Un groupe de champignons blancs dans les herbes

L'ingestion de l'amanite phalloïde peut être fatale.

Photo : Paul Kroeger

Protéger les enfants

En 2016, un petit garçon de 3 ans est mort après avoir consommé une amanite phalloïde cueillie pendant une sortie en famille au centre-ville de Victoria.

Le pharmacien au Centre d'information sur les médicaments et les poisons, Raymond Li, invite la population à faire preuve de prudence.

Environ les deux tiers des appels liés aux champignons concernent des enfants de 5 ans et moins. Les parents doivent donc être conscients de ce qui se trouve sur le terrain où leurs enfants jouent.

Il note toutefois une augmentation des appels liés à l’ingestion de champignons chez les adultes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !