•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment 7500 $ changent la vie d’un sans-abri

Une personne sans-abri pleure et se fait consoler lors du démantèlement du campement au parc Crab, à Vancouver.

Le coût du logement et le manque de revenus contribuent à l'augmentation du nombre de sans-abri dans la région de Vancouver. (archives)

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Un projet de recherche avec les sans-abri à Vancouver a permis d'établir que de donner directement 7500 $ à un sans-abri permet à la société d'en économiser 8100 $, mais surtout, permet à ce sans-abri de se remettre sur pied et de trouver un logement stable plus rapidement.

Le projet New Leaf est une étude lancée en 2018 par Foundations for Social Change, une organisation caritative basée à Vancouver, et l'Université de la Colombie-Britannique (UBC). Dans le cadre de ce projet, des chercheurs ont donné 7500 $ à des participants itinérants du Lower Mainland et les ont suivis pendant plus d'un an pour voir comment ils se portaient.

Dans le cadre du projet de recherche, 115 participants âgées de 19 à 64 ans, sans-abri depuis au moins six mois, et ne présentant aucun problème de toxicomanie ou de santé mentale grave ont été recrutés.

Le panel a été scindé en deux : 50 ont été choisies au hasard pour recevoir la somme de 7500 $, tandis que les autres formaient un groupe témoin qui n'a rien reçu.

Je n'avais aucune attente et de très grands espoirs, reconnaît Claire Williams, PDG de Foundations for Social Change, à l'émission The Early Edition de CBC. Mais ce que les chercheurs ont découvert après 12 mois était magnifiquement surprenant, a-t-elle déclaré.

Répartition du budget

Ces découvertes surprenantes révèlent par exemple que les participants avec l'argent ont passé moins de jours sans domicile fixe et ont emménagé dans un logement stable après en moyenne trois mois. Il a fallu par contre environ cinq mois à ceux du groupe témoin pour parvenir au même résultat.

Les chercheurs notent aussi que les membres du groupe qui a reçu l'argent ont été bons gestionnaires.

Nous avons vu des gens réserver plus de 1000 $ pendant 12 mois, ce qui est remarquable dans la vallée du Fraser.

Une citation de :Claire Williams, PDG de Foundations for Social

En moyenne, les bénéficiaires de la somme ont consacré la moitié de leur argent à la nourriture et au loyer, 15 % à d’autres dépenses comme des médicaments et des factures, et 16 % ont servi à acheter des vêtements et payer pour le transport.

L'argent a permis à près de 70 % d’entre eux à être en situation de sécurité alimentaire après seulement un mois.

À titre de comparaison, les dépenses en alcool, en cigarettes et en drogues ont diminué de 39 % en moyenne. Trop souvent, les gens rejettent l'idée de donner de l'argent aux sans-abri parce qu'ils supposent qu'il sera mal géré, souligne Claire Williams.

Cela remet en question les stéréotypes que nous avons ici en Occident sur la manière d'aider les personnes vivant en marge [de la société].

Une citation de :Claire Williams, PDG, Foundations for Social Change
Le campement du parc Strathcona à Vancouver.

Les sans-abri vivent souvent dans des camps de fortune.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Nouveaux départs

L’un des participants, Ray, vivait dans un refuge d'urgence avant qu’il ne prenne part au projet New Leaf et reçoive 7500 $.

Cet argent l’a aidé à se loger et à suivre un cours d'informatique dont il avait besoin pour atteindre son objectif de devenir un travailleur de première ligne pour les personnes toxicomanes, raconte-t-il.

Je veux en quelque sorte redonner à là d’où je viens. (...) Une graine peut devenir un chêne et je pourrais un jour être cette personne importante qui a cette voix puissante.

Une citation de :Ray, participant au projet New Leaf
Une femme sans un village de tentes.

Un projet de recherche a donné une somme d'argent à des sans-abri de la grande région de Vancouver et étudié la manière dont ils s'en sont sortis pendant une année.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms (CBC)

Un coût moindre pour la société

Selon la PDG de Foundations for Social Change, fournir à des gens comme Ray les moyens financiers dont ils ont besoin pour progresser aide également les contribuables canadiens.

Claire Williams explique qu'octroyer des services sociaux et de santé à un sans-abri coûte en moyenne 55 000 $ par année. Le projet a permis au système des refuges d'économiser environ 8100 $ par personne pour un total annuel de près de 405 000 $ pour les 50 participants rémunérés, selon les données de l'étude.

L’idée reçue est que le statu quo est bon marché. En fait, il est incroyablement cher.

Une citation de :Claire Williams, PDG, Foundations for Social Change

En 2008, la Colombie-Britannique comptait environ environ 7600 sans-abri.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !