•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

130 postes supprimés à CBC

Une entrée du bâtiment de CBC à Toronto.

CBC/Radio-Canada emploie environ 7500 personnes au Canada.

Photo : The Canadian Press / Nathan Denette

Radio-Canada

CBC a annoncé mercredi son intention d’abolir quelque 130 emplois au sein de son réseau au cours des trois prochains mois. Les effectifs torontois du pendant anglophone de Radio-Canada seront particulièrement touchés par ces compressions, qui affecteront aussi quatre autres stations à travers le pays.

En raison de certains changements nécessaires en ce qui concerne le redimensionnement de notre entreprise, un certain nombre de postes au sein de l'organisation ne feront plus partie de nos effectifs à la fin de l'année civile, peut-on lire dans un mémo évoquant la suppression d'une soixantaine de postes envoyé aux employés du réseau par la vice-présidente principale des services anglais, Barbara Williams.

Dans une note séparée adressée au personnel, on apprend que 58 postes dans les domaines de l'information, des affaires publiques et des affaires locales seront supprimés. Un porte-parole, Chuck Thompson, a confirmé qu'au total, plus de 130 postes seront supprimés d'ici la fin de l'année.

Les postes qui seront abolis n’ont pas été précisés.

On sait qu'au moins une vingtaine seraient ceux d'employés syndiqués de la Guilde canadienne des médias, qui regroupe notamment les effectifs journalistiques.

Onze postes ou plus seraient affiliés à l’Association des professionnels et des superviseurs, qui représente plus de 800 travailleurs appartenant à ces catégories d’emploi.

Au moins une dizaine de postes de gestionnaires, enfin, seraient aussi visés.

Ces compressions ne sont pas le fruit de la pandémie de COVID-19, a indiqué Mme Williams. Elles seraient dues à des pressions financières préexistantes en raison de la baisse des revenus de publicité et d'abonnements liée à notre activité de télévision traditionnelle et à l'inflation sur une partie de notre allocation parlementaire, a-t-elle ajouté.

CBC a commencé l’année financière en cours avec un déficit budgétaire de 21 millions de dollars. Et si la pandémie n’est pas la cause de ces compressions, elle n’a certainement pas aidé à redresser la situation.

Cette réinitialisation aurait eu lieu indépendamment de la COVID, a néanmoins confirmé le porte-parole Chuck Thompson.

Une bonne partie de la réduction des effectifs passera par des départs à la retraite et par l’élimination de postes permanents vacants, a spécifié Barbara Williams.

Comme toute entreprise du secteur des médias, CBC fonctionne dans un paysage médiatique difficile, un paysage médiatique qui est en constante perturbation, a-t-elle souligné tout en reconnaissant que les prochaines semaines seront difficiles.

Le réseau francophone de Radio-Canada dans les régions ciblées ne devrait pas être touché. Radio-Canada Ontario n'est pas en mode réduction, a indiqué Pierre Ouellette, directeur des Services français pour la province, où les employés des stations de Toronto, du Nord de l'Ontario et de Windsor sont affiliés aux mêmes syndicats que ceux de CBC. La Guilde canadienne des médias a aussi confirmé cette information.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !